Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les Montreuses de marmottes

Extract

à Giacomo Inaudi Les dessous de l’affaire étaient noir et rose comme les goûts de Landru qui ne les enfournait pas toutes crues, les crevettes. Les montreuses de marmotte ont les yeux fixés sur leur valise verte à double foyer. Marchandes de sel, broyeuses de chocolat, brailleuses de plaisir sans croquer le marmot, petites mariées mises à nu juste au-dessus d’un Puvis de Chavannes annon- çant le fauvisme, les marmottes montrées par les montreuses montrent, en descendant l’esca- lier qu’elles sont, quelle entéléchie, sujettes à déclinaisons : Montreuses polyglottes à chacune n’échoit cependant qu’une marmotte et pour peu que le regardeur aille cette fois jusqu’à flatter de la main, lui qui n’a pas le pouce rudimentaire muni d’un ongle plat, celle de son choix, sous les doigts des célibataires, même sinon s’enorgueillira du moins s’éveillera. – À quel curieux numéro de loterie s’adonne-t-elle quand par tranche elle se déhanche ? – C’est inouï ce que pour son âge à la simple vue d’un spermophile elle devient épanouie ! – Entre les manifestations d’admiration et les manifestations de satisfac- tion, on ne sait plus qui siffle ou qui, siffle qui ! 8 Janvier 1996 Publié dans P. M. n° 40 (2004).

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.