Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Laissez en paix nos anomalies

Extract

qui nous ont laissées en paix jusques ici Vous trouverez des infirmières déguisées en femmes de ménage avec des serpillières relookées en lingettes qui en jettent et qu’on jette. Des hommes de main conduisant des aspirateurs à bruit de réacteur et des cireuses élec- triques plus performantes que tout le matériel clinique déjà de quoi vous faire augurer de la « bête humaine » qui vous happera. Des infirmières déguisées en filles de salles, des pures et dures susceptibles de faire grimper votre température, des préposées aux gélules qui distri- buent doctement les couleurs, le vert c’est pour les nerfs, le bleu, c’est pour les nerveux. Des foldingues de la seringue qui au nom de la recherche, toujours bien en peine de trouver notre frileuse veine, vous la ribouldingue comme une petite côte avalée vite fait sur le zinc, et de somptueux plateau-repas qui vous la font à l’estomac. – Vous mangerez de la saucisse de Morteau et des lentilles au lard, ça vous remettra après avoir passé six heures sur le billard. Vous rencontrerez des brancardiers affairés comme des distributeurs déré- glés de cafés hémiplêgés et vous devrez vous effacer devant les chariots ambulants de pharmacopées poussés comme mélopées. Vous verrez des stagiaires rollers, des infirmiers volants, des aides-soignantes aux gants caoutchoutés sans efficacité pour protéger leurs mains press...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.