Show Less
Restricted access

L'autrefois et l'ailleurs

Poétique de la rupture dans l'oeuvre littéraire de Colum McCann

Series:

Cécile Maudet

C’est la qualité transculturelle, atemporelle et transgénérique des textes de Colum McCann qui intéresse cet ouvrage. L’auteur n’ancre complètement son oeuvre dans aucune tradition, aucun courant ou mode défini, et propose des textes récalcitrants à toute tentative de classification. En invitant régulièrement le symbole dans un univers vraisemblable, McCann ébranle parfois le réalisme de ses textes. De plus, en logeant dans son oeuvre celles et ceux qui ne trouvent pas leur place au centre du tourbillon de l’ère qui est la nôtre, il prend le contrepied du discours historiographique dominant. Ainsi, la notion de rupture apparaît comme une clé de lecture, et son étude permet de comprendre qu’au plan métatextuel, elle inclut plus aisément les lecteurs au sein même des textes, lesquels représentent des espaces d’accueil, de véritables forces centripètes qui les ramènent au coeur de l’expérience littéraire. Cet ouvrage ne s’intéresse donc pas seulement à la création et à la constitution des textes, mais également à leur réception. Ils pourraient être perçus comme autant de synapses assurant la transmission de l’expérience, qui constituent des outils permettant aux lecteurs de repenser leur être-au-monde, notamment à travers l’expérience de l’empathie.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



Literature can stop my heart

and execute me for a moment,

allow me to become someone else.

It is another chance at history.

– Colum McCann, « Titles of the Times », 26 décembre 2009

Ce travail aura montré que dans l’œuvre de McCann, la rupture protéiforme, qui a autant à voir avec l’origine de la création, qu’avec sa diégèse et sa structure, est non seulement une force créatrice mais constitue aussi un espace d’accueil pour le lecteur. La notion de rupture, surtout dans son exploitation thématique, permet ce que Paul Virilio a appelé une « synchronisation des émotions680 » entre les lecteurs, et les amène ainsi à se sentir partie intégrante de la communauté de lecteurs imaginée par McCann. Le rassemblement autour d’une expérience par le mot est précisément ce qui définit une communauté qui,

s’élabore par l’entremise d’un tissu discursif [en] dessin[ant] les contours des valeurs qui singularisent la communauté et la différencient des autres [… et en] exemplifi[ant] une axiologie notamment morale, qui pose la question fondamentale des frontières entre le Bien et le Mal681.

Le texte littéraire de McCann n’est en rien injonctif et assertif. Il se veut une « proposition d’existence »682, non pas un guide de bonne conduite.←325 | 326→ Plutôt que de se voir dicter les clés de sa liberté, le lecteur éprouve...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.