Show Less
Restricted access

Des ingénieurs pour un monde nouveau

Histoire des enseignements électrotechniques (Europe, Amériques) – XIXe–XXe siècle

Series:

Edited By Marcela Efmertová and André Grelon

À partir des années 1880, l’électricité est progressivement devenue une technologie centrale, qui va procurer des biens et assurer des services nouveaux, bouleversant ainsi la production industrielle, l’économie et les pratiques sociales et culturelles. De confidentiel, son usage ne cessera de s’étendre, devenant massif et planétaire, et aujourd’hui indispensable jusqu’aux détails de la vie quotidienne. Pour fonder et déployer un système de production, de transport et de distribution efficaces de l’électricité dans tous les pays, pour concevoir, fabriquer et diffuser les machines, outils et objets divers fonctionnant par ce moyen, en somme pour former un monde nouveau, il faut former un corps de techniciens spécialisés : ce seront les ingénieurs électriciens, pour lesquels seront élaborés et mis en œuvre des cursus dédiés. Cet ouvrage retrace la naissance et la croissance de ces formations, à partir de la fin du XIXe siècle, en Europe et sur le continent américain, et leur rôle dans le développement des différents États. Issu des travaux d’un colloque international tenu à Prague, il rassemble les contributions de 28 historiens portant sur 15 pays.

Show Summary Details
Restricted access

Les formations techniques supérieures en électrotechnique en France (1880-1939)

Extract

← 340 | 341 →Les formations techniques supérieures en électrotechnique en France (1880-1939)

André GRELON

Directeur d’études, École des hautes études en sciences socialesCentre Maurice Halbwachs, Parisandre.grelon@ens.fr, andre.grelon@ehess.fr

Résumé

Après la première exposition internationale d’électricité à Paris, en 1881, l’organisation de l’enseignement supérieur en électrotechnique ne se met en place que très progressivement. Si un premier établissement dépendant de la Ville de Paris est créé dès 1882, il ne prépare qu’une poignée d’électriciens. Il faudra ensuite attendre 1894 pour que s’ouvre l’École supérieure d’électricité, laquelle se positionne d’emblée comme une formation complémentaire de haut niveau pour des ingénieurs et universitaires qualifiés, au sommet de la hiérarchie des établissements d’enseignement électrotechnique. Au début du XXe siècle sont fondés des instituts électrotechniques dépendant des facultés des sciences de Nancy, Lille, Grenoble et Toulouse, qui s’inscrivent dans la nouvelle dynamique universitaire du pays. Dans la même période sont créés à Paris et à Marseille des établissements d’enseignement privés en électricité qui forment des ingénieurs praticiens. La période de l’entre-deux-guerres, marquée par la crise économique, voit peu de nouvelles initiatives, à l’exception d’une fondation originale ouverte aux seules jeunes filles, l’École polytechnique féminine, et dans le domaine des courants faibles, de quelques formations dédiées. Dans cette époque, le monde des ingénieurs craint...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.