Show Less
Restricted access

La France, l’Allemagne, l’Europe

Mélanges en l’honneur de Chantal Metzger

Series:

Edited By Jean El Gammal

Ce recueil rassemble des études d’historiens, géographes et germanistes d’origines diverses. Elles sont réunies en hommage à Chantal Metzger, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine, spécialiste d’histoire de l’Allemagne et des relations internationales, notamment franco-allemandes, et rédactrice en chef de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains. Ce volume aborde des sujets relatifs à l’histoire des guerres mondiales, aux relations entre la France et l’Allemagne depuis 1945 et aux enjeux internationaux, coloniaux et européens depuis le début du XXe siècle. À travers vingt-et-une contributions, il est question de l’emprise et de la portée des conflits, ainsi que des modalités de la construction européenne, des réticences et des relations qu’elle a suscitées. Plusieurs thèmes sont mis en évidence, tels la mémoire, le renseignement, l’industrie, l’aéronautique, la presse et la gastronomie. Des regards croisés sont rendus possibles par des études concernant l’URSS, la Poznanie, l’Italie, le Portugal, voire, en contrepoint, le Japon.

Show Summary Details
Restricted access

Colonialisme, anticolonialisme et un plat de lentilles. Ambitions et limites de la politique italienne dans la Méditerranée après la perte des colonies (1949) (Bruna Bagnato)

Extract

← 260 | 261 →

Colonialisme, anticolonialisme et un plat de lentilles

Ambitions et limites de la politique italienne dans la Méditerranée après la perte des colonies (1949)

Bruna BAGNATO

Faculté des Sciences politiques de Florence

Le 18 mai 1949, l’Assemblée générale des Nations unies rejeta le compromis élaboré par le secrétaire d’État britannique, Ernest Bevin, et son collègue italien, Carlo Sforza. Le compromis Bevin-Sforza, conclu à Londres le 6 mai 1949, était un accord secret qui envisageait un règlement possible pour l’avenir des colonies italiennes datant d’avant le fascisme – Libye, Somalie, Érythrée –, un thème sur lequel les vainqueurs n’avaient pas réussi jusqu’alors à trouver une solution partagée. L’accord italo-britannique, à soumettre à l’approbation de la toute proche session de l’Assemblée générale des Nations unies, prévoyait pour la Libye, un partage en trois zones – Tripolitaine, Fezzan, Cyrénaïque – dont la tutelle était confiée respectivement à l’Italie, à la France et à la Grande-Bretagne ; pour la Somalie la tutelle italienne, tandis que, pour l’Érythrée, son rattachement à l’Éthiopie. L’accord avec Londres, favorable à l’Italie, à la France et à la Grande-Bretagne, constituait, pour Rome, la ligne la plus avancée de défense des derniers territoires de l’ancien empire africain1 : dans ce sens son échec à Lake Success, tout à fait inattendu, pouvait représenter la fin de la politique méditerranéenne et africaine de l’Italie. Ce ne fut pas ainsi.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.