Show Less
Restricted access

Les Européens : ces architectes qui ont bâti l’Europe

Series:

Edited By Olga Medvedkova

Ce volume réunit douze études de cas : des vies d’architectes européens, écrites par des historiens de l’art et de l’architecture allemands, espagnols, français, italiens, russes, suédois. Il s’agit d’architectes qui, nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, ont travaillé à l’étranger, au sein d’une autre culture, en y apportant des éléments nouveaux. Ou encore de ceux qui vécurent leurs années de voyage comme une véritable expatriation. Ces architectes transfuges, cosmopolites, créateurs de confusions stylistiques qui posent tant de problèmes aux historiens de l’art et rompent les schémas des écoles nationales, furent en grande partie responsables de la création de l’Europe architecturale, architecturée et architecturante bien au-delà de ses propres limites. L’existence de cette « Europe architecturale » est l’hypothèse générale proposée ici. L’européanité de ces architectes italo-français ou italo-russe, franco-suédois ou hispano-mexicain, fut tantôt délibérée, exigée par le commanditaire ou la communauté d’accueil, tantôt une conséquence de leur vie comme ensemble de circonstances. Telle une réaction au besoin d’adaptation, cette dernière, complète ou partielle, a souvent donné lieu à une création inédite. Comment étudier, comprendre, décrire, classer leurs œuvres ? Pourrions-nous, en nous fondant sur ces cas, ébaucher une nouvelle histoire de l’architecture européenne ?

Show Summary Details
Restricted access

L’ingénieur militaire Luis Díez Navarro (1691-1780). De la vieille Europe à la Nouvelle Guatemala (Alberto Garin)

Extract

← 158 | 159 →

L’ingénieur militaire Luis Díez Navarro (1691-1780)

De la vieille Europe à la Nouvelle Guatemala

Alberto GARIN

Introduction

Entre juillet et décembre 1773, une longue série de tremblements de terre détruisit une grande partie de Santiago du Guatemala (aujourd’hui Antigua Guatemala), capitale de l’Audiencia du même nom. Trois ans plus tard, la capitale fut transférée à la Nueva Guatemala de la Asunción. Le plan de la nouvelle ville fut confié à l’ingénieur militaire espagnol Luis Díez Navarro.

Une commande aussi remarquable arrivait bien tard pour Díez Navarro, un homme de quatre-vingt-cinq ans, presque aveugle, qui était arrivé en Amérique plus de quarante ans auparavant. Díez Navarro mourut peu de temps après, en 1780. Certes, avant de tracer le plan de la nouvelle capitale, l’ingénieur militaire avait effectué d’autres travaux importants, dont le fleuron est sans doute le palais des Capitaines généraux à Antigua Guatemala.

Loin de la cour de Madrid, Díez Navarro aurait pu être oublié des historiens de l’architecture. Cependant, il a été mentionné au cours du XXe siècle par les savants hispano-américains qui l’ont considéré comme « un révolutionnaire de l’architecture » au Mexique et en Amérique centrale. Ce qualificatif doit être précisé. D’abord, parce que certaines des attributions qu’on lui prête sont incorrectes. Ensuite, parce que plus qu’un Espagnol qui apportait les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.