Show Less
Restricted access

L’Europe en quête d’Européens

Pour un nouveau rapport entre Bruxelles et les nations

Series:

Gérard Bouchard

Plaidoyer en faveur de l’Union européenne, ce livre critique néanmoins certains choix culturels qu’elle a faits lors de sa fondation et qui entravent aujourd’hui son intégration. Elle doit rebâtir ses fondements symboliques et redéfinir sa relation avec les nations (à ne pas confondre avec les États). Les orientations culturelles qu’elle a privilégiées à sa naissance lui ont permis de connaître un essor rapide, mais faute de les réviser à temps, elles sont devenues dysfonctionnelles. Or, les tentatives qu’elle a faites ultérieurement pour se donner de nouveaux mythes et une identité continentale ont échoué. Par ailleurs, les leaders de l’Union se sont toujours méfiés des nations et des nationalismes, accusés d’avoir provoqué les horreurs des deux guerres mondiales. Ils ont donc voulu les contourner en instituant une gouvernance par le haut d’où a résulté un déficit démocratique.

L’Union devra désormais s’employer à se réconcilier avec les nations, en les réhabilitant, et à tirer profit de leurs ressources symboliques pour se doter de mythes ayant une résonance à la fois nationale et européenne.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion générale

Extract



Je rappelle brièvement l’argumentation de ce livre dont l’idée centrale est la nécessité pour l’UE de renouveler son fondement symbolique et de redéfinir ses choix fondateurs. C’est aussi, en corollaire, l’utilité d’asseoir son attrait non seulement sur la raison mais aussi sur l’émotion à des fins qui sont à la fois internes (la mobilisation des citoyens, la création d’une plus forte solidarité) et externes (faciliter la construction de consensus pour la poursuite de son rôle dans le monde).

Dans cet esprit, le livre propose d’abord une réhabilitation du mythe défini comme une valeur sacralisée et comme mécanisme sociologique universel. S’en détourner à l’échelle européenne, ce serait simplement en laisser le monopole aux nations où ils continueront à se perpétuer indépendamment, à distance et probablement aux détriments de l’UE. Ce serait aussi se priver d’une composante essentielle de tout fondement symbolique et donc, pour une grande part, livrer le sort de l’UE à la mécanique du marché, dont on connaît aujourd’hui les graves déficiences.

L’ouvrage propose ensuite de réduire la tension entre Bruxelles et les nations en réhabilitant ces dernières. Traditionnellement, les élites en ont fait un repoussoir, un bouc émissaire pour masquer leur responsabilité dans les dérapages tragiques qui ont affligé l’Europe entre 1914 et 1945. Certes, la nation et le nationalisme ont souvent été directement associés à la guerre, mais ce sont les élites qui,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.