Show Less
Restricted access

Henri Wallon (1879–1962) : action pensée, pensée de l'action

Itinéraires croisés : politique, philosophique, psychologique

Serge Netchine and Gaby Netchine-Grynberg

Henri Wallon (1879–1962), éminent psychologue de l’enfant, fut aussi, à partir des années 1900, un acteur de la vie intellectuelle et politique française. Cet ouvrage parcourt les grands thèmes de ses recherches sur les enfants souffrant ou non de pathologies mentales, en les articulant à ses engagements de citoyen et à ses positionnements intellectuels. Sont envisagées, au regard du contexte politique et culturel, les prises de position et les actions effectuées par Henri Wallon au cours d’une période historique qui fut riche en événements et en retournements. De plus, cette recherche illustre la détermination d’une doctrine philosophique intégrant le résultat des controverses entre courants spiritualistes et matérialistes apparues tout au long des XIXe et XXe siècles ainsi que l’élaboration d’une démarche scientifique sur le développement psychologique qui intègre des enjeux pratiques et sociétaux.

Ce livre met finalement en lumière ce qui, du parcours d’Henri Wallon, mérite d’être souligné et d’intervenir dans les problèmes contemporains.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 16. Les émotions

Extract

| 137 →

CHAPITRE 16

Les émotions

L’attention accordée par Wallon à l’émotion, dont la prépondérance désigne selon lui le tout premier stade du développement psychologique, a ses antécédents dans la psychologie de langue anglaise chez Darwin ou W. James et chez le Danois O. Lange, dans la psychologie française, avec Ribot qui publie La psychologie des sentiments en 1896, suivi par son disciple Dumas, dont une grande partie de l’œuvre porte sur la vie affective, et qui lui-même trouva en Wallon un élève et un collaborateur. Il s’agit donc de préciser ce qu’il doit à ses prédécesseurs et quel est son apport personnel.

Pour chacun des auteurs évoqués ci-dessus, l’adoption du thème des émotions constitue une réaction contre la tendance de la psychologie philosophique de la fin du XIXe à identifier la psychologie à l’étude des états intellectuels que révèle la conscience interrogée par l’introspection. Si les émotions sont ressenties et de ce fait ont été longtemps abordées sous l’angle subjectif, leur versant objectif autorise une approche par leurs manifestations observables – mouvements, mimiques, modifications neuro-végétatives, cardio-vasculaires, etc. Lieu reconnu depuis Descartes dans le Traité des passions de « l’union de l’âme et du corps », elles fournissent à la psychologie le terrain solide du somatique, et lui permettent d’élargir son investigation au-delà de ce que couvre la conscience.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.