Show Less
Restricted access

L’enfance en conception(s)

Comment les industries culturelles s’adressent-elles aux enfants ?

Series:

Edited By Gilles Brougère and Sébastien François

Cet ouvrage explore les conditions dans lesquelles s’élabore l’adressage aux enfants dans différentes industries culturelles. Il questionne en particulier la façon dont les professionnels impliqués dans la fabrique des produits pour enfants (auteurs, dessinateurs, éditeurs, scénaristes, game designers, etc.) abordent le travail de conception avec un certain nombre de connaissances, d’expériences ou même d’intuitions au sujet des enfants, qui interviennent pour guider ou justifier leurs décisions.

De quelle façon tous ces « savoirs » ou « représentations » sur l’enfance – qui demeurent hétérogènes, plus ou bien informés, tout en se révélant parfois en contradiction au sein d’une même entreprise – se construisent-ils et affectent-ils la conception des produits pour enfants ? Quelles logiques (ludiques, éducatives, scolaires, etc.) et quelles images de l’enfant (joueur, membre de famille, élève, etc.) sont ainsi activées par les industries culturelles ? Et qu’en est-il lorsque des enfants, bien réels, sont sollicités et impliqués dans le développement des produits ?

À partir d’enquêtes menées sur des terrains variés (littérature, bande dessinée, presse, applications mobiles, dessin animé) et suivant une démarche qui confronte le produit fini à ses différentes étapes de développement, aux chaînes de coopération qui permettent d’y aboutir et aux marchés dans lesquels il s’insère, ce livre offre un regard inédit et documenté sur la fabrication contemporaine des cultures matérielles et médiatiques des enfants et alimente les réflexions sur la figure de l’enfant-consommateur.

Show Summary Details
Restricted access

La mobilisation de l’enfant dans le media mix Yo-Kai Watch (Marc Steinberg)

Extract

← 152 | 153 →

La mobilisation de l’enfant dans le media mix Yo-Kai Watch1

Marc STEINBERG

Mel Hoppenheim School of Cinema, Concordia University

Au cours des premiers mois de l’année 2014, une fièvre étrange s’est emparée du Japon. Enfants, parents, grands-parents, tous se sont lancés dans la quête de produits issus d’une nouvelle franchise de media mix, Yo-Kai Watch, qui avait soudainement envahi le pays. Ils ratissaient les rayons des grands magasins et enseignes de jouets à la recherche de montres, médaillons et autres articles de cette nouvelle franchise soudain présente sur tous les fronts, dont les produits étaient aussi fugitifs et difficiles à dénicher que les yokai, les « fantômes » du jeu et du dessin animé sur lesquels reposait la franchise. Partout, des pancartes de rupture de stock ; il y avait pénurie de produits Yo-kai. Dans le contexte du tournant récent pris par les media studies sur la dimension logistique – où les chaînes logistiques sont souvent dépeintes comme tour à tour toutes-puissantes ou d’une fragilité extrême (LeCavalier, 2016 ; McCarthy, 2001) –, on peut dire que la gestion de celle de Yo-kai Watch a été un échec, mais que ce dernier n’a fait qu’attiser un peu plus le désir des enfants pour les produits de ce media mix. L’autre explication populaire à l’époque a été que cette sous-production était en réalité délibérée, et la rareté des produits artificielle. Autre explication,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.