Show Less
Restricted access

Sagesse et résistance dans les littératures francophones

Series:

Edited By Marc Quaghebeur

Après avoir abordé les modalités des relations entre Violence et Vérité dans les littératures francophones, ce volume s’attache à des formes littéraires de Résistance. Celles-ci entendent souvent dépasser les réponses purement violentes et manifester ainsi leur refus de l’assujettissement, par des Sagesses – répliques souvent plus subtiles à la barbarie et à la domination. Elles circonviennent beaucoup mieux l’adversaire, comme le « sujet supposé savoir » dont parlent les psychanalystes. Ce parcours se fait au travers de textes francophones venus de latitudes très diverses : du Vietnam au Liban, du Maghreb à l’Afrique centrale, de la Suisse et de la Belgique aux Amériques. Ce faisant, c’est à un florilège d’esthétiques diverses que se voit convié le lecteur. Ce livre touche en effet aussi bien au symbolisme qu’à la postmodernité, en passant par les grandes voix du Maghreb ou des Antilles dans le contexte du dernier demi-siècle. Le propos ne s’organise pas pour autant en fonction des aires géographiques. Il montre que les soi-disant opacités francophones, leurs poét(h)iques, leurs hybridations ou leurs chemins de traverse constituent toujours des réponses à des situations historiques. Elles sont, qui plus est, très révélatrices de la dynamique du système franco-francophone. Trente-cinq études, pour ce faire, et qui font saisir de près le fait que ces œuvres sont loin d’être périphériques.

Show Summary Details
Restricted access

Conscience et Résistance dans Les Années sans pardon de Victor Serge (Marc Quaghebeur)

Extract

← 66 | 67 →

Conscience et Résistance dans Les Années sans pardon de Victor Serge

Marc QUAGHEBEUR

Archives & Musée de la Littérature (Bruxelles)

Militant révolutionnaire1 du premier demi-siècle, l’auteur de ce roman capital devint l’un des premiers opposants et des plus aigus à Joseph Staline. Il laisse du maître de l’URSS, notamment dans L’Affaire Toulaev2, un des plus saisissants et des plus pénétrants portraits, ce qui en dit long sur la rigueur du personnage. Victor Serge (1890-1947) est le fils d’exilés antitsaristes installés en Belgique. Pour l’essentiel, il vécut son enfance et sa jeunesse à Ixelles. Il reçut en Belgique sa première formation, comme la langue dans laquelle il écrira désormais poèmes, écrits militants ou œuvres de fiction – tous ancrés dans le réel d’un demi-siècle de luttes acharnées.

La fiction qui couronne et accomplit cette œuvre comme cette trajectoire hors du commun parmi les hommes porte un titre sans équivoque : Les Années sans pardon. Achevé en 1946, le livre ne voit le jour qu’en 1971. Il demeure, aujourd’hui encore, étrangement absent de ← 67 | 68 → la mémoire littéraire. Le regard qu’il porte sur les années 1938-1945/46 n’y est pas étranger ; sa stylistique non plus. L’année suivante, celle de sa mort en novembre 19473, Serge écrit un essai « Trente ans après la révolution russe »4 qui revient, d’une...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.