Show Less
Restricted access

Léo Hamon (1908-1993)

Series:

Edited By Gilles Le Béguec

Avocat, résistant, professeur agrégé des Facultés de droit, dirigeant politique, sénateur (1946-1954) puis député (1968-1969)… Le parcours de Léo Hamon est l’un des plus riches du XXe siècle, et peut-être l’un des plus révélateurs de son époque.

Cet ouvrage, issu d’un colloque tenu en décembre 2013, organisé par l’Institut Georges Pompidou, le Centre d’histoire de Sciences Po et la Fondation Charles de Gaulle, revient sur les différentes facettes de son parcours : des premiers engagements à gauche à la rencontre avec le gaullisme en passant par le MRP, du Conseil municipal de Paris à la Libération aux fonctions de porte-parole du Gouvernement sous Jacques Chaban-Delmas (1969-1972), du juriste praticien et commentateur de la pratique institutionnelle au défenseur d’une certaine approche des relations internationales.

Se dessine ainsi le portrait multiple d’une figure singulière. Le caractère de Léo Hamon est marqué par la diversité de ses centres d’intérêt, la fidélité à ses engagements et à ses idées, son extrême rigueur intellectuelle, sa curiosité et son ouverture d’esprit. Les communications ici rassemblées sont autant de points d’entrée sur une personnalité méconnue et fascinante.

Show Summary Details
Restricted access

Léo Hamon et la famille gaulliste : un « acteur réfléchi » ? (Jérôme Pozzi)

Extract

← 108 | 109 →

Léo Hamon et la famille gaulliste : un « acteur réfléchi » ?

Jérôme POZZI

Université de Lorraine – Nancy

Retracer le parcours politique de Léo Hamon au sein de la famille gaulliste revient à suivre les méandres d’un homme d’une grande culture qui s’est engagé dans les rangs du gaullisme auréolé de ses brillants états de service dans la Résistance, à laquelle son nom reste étroitement attaché, notamment pour son action à Paris1. Après avoir consulté ses archives et relu attentivement ses mémoires, la première idée qui vient à l’historien est celle d’un véritable bouillonnement partidaire qui peut être interprété comme le besoin – quasi existentiel chez Léo Hamon – de traduire ses convictions par un engagement partisan. En effet, l’ancien vice-président du Comité parisien de libération (CPL) a appartenu à un nombre relativement important de mouvements politiques et a contribué de surcroît à la création de quelques-uns d’entre eux. Certes, l’observateur avisé de la vie politique pourrait objecter, de façon sans doute sarcastique, que certains de ces mouvements, à l’existence éphémère et aux effectifs assez minces pour ne pas dire squelettiques, relèvent plus du groupuscule que de mouvements politiques solidement constitués, ce qui n’est pas tout à fait inexact. Pourtant, dans l’arène politique, les intentions sont peut-être plus importantes que les réalisations concrètes, dans la mesure où elles témoignent d’un certain état d’esprit,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.