Show Less
Restricted access

L’essentiel de la médiation

Le regard des sciences humaines et sociales

Edited By Michele De Gioia and Mario Marcon

Est-ce qu’un linguiste envisage la médiation de la même façon qu’un juriste ou un didacticien ? Est-ce que la médiation cognitive a quelque chose à voir avec la médiation interculturelle et la médiation institutionnelle ? Est-ce que le médiateur culturel, le médiateur social et le médiateur urbain exercent le même travail ? Lorsque la médiation apparaît dans des textes ou des discours, on saisit sommairement à quoi elle renvoie, d’autant plus que sa définition s’enrichit des connaissances, des compétences, des pratiques et des situations propres aux domaines qui la concernent.

Cet ouvrage questionne « l’essentiel de la médiation » suivant le regard des sciences humaines et sociales. Des scientifiques, experts, professionnels apportent des éclairages par une approche globalement pluridisciplinaire et quelquefois interdisciplinaire, à partir des sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit. Leurs contributions mettent en lumière des traits conceptuels transdisciplinaires faisant consensus, dans le but de parvenir à une caractérisation conceptuelle à la fois transversale et autonome de la médiation.

Show Summary Details
Restricted access

Adeline Audrerie: La médiation en droit français : un concept juridique à construire ?

La médiation en droit français : un concept

juridique à construire ?

Extract

Adeline Audrerie*Université Toulouse 1 Capitole (France) &Université de Sherbrooke (Canada)**

Plus on parle de médiation, et moins on semble la connaître. Voici le paradoxe qui anime des débats récurrents dans le domaine juridique où le terme « médiation » a fait couler beaucoup d’encre.1 Qualifiée de terme ambigu, flou, polysémique, etc., la médiation et son contenu ne cessent d’interroger les juristes.2

La polysémie du terme « médiation » et les nombreuses confusions entre les modes amiables de règlement des différends ne sont pas sans conséquences en France. Nombreux rapports3 et nombreux auteurs ←455 | 456→(autant professionnels qu’universitaires)4 ont mis en évidence le lien de causalité entre le manque de lisibilité et le faible développement de ces procédés amiables (notamment de la médiation). L’Institut général des services judiciaires français constatait en 2015 que peu d’affaires font l’objet d’une médiation : « Depuis vingt ans, les dispositions de la loi de 1995 n’ont pas remporté le succès escompté dans les juridictions, et la médiation judiciaire s’est très peu développée ».5

Malgré la persistance des questionnements et le peu de résultats quantitativement enregistrés6, le gouvernement français maintient, sous l’influence de l’Union européenne, une politique de promotion de la médiation et du règlement amiable des différends. Au cours des derniers mois, la réforme de la Justice du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.