Show Less
Restricted access

À l'épreuve d'enseigner à l'Université

Enquête en France - Préface de Marc Romainville

Series:

Edited By Saeed Paivandi and Nathalie Younès

L’ouvrage s’intéresse à la réalité plurielle de l’homo academicus, en partant des vécus et des conceptions des professeur.e.s d'université. L’enquête menée en France par les deux auteurs, de 2013 à 2017, dans un large éventail de disciplines (lettres, sciences, sciences humaines et sociales, médecine), permet de mieux appréhender les différentes manières d’être enseignant.e-chercheur.e, la condition universitaire, les conceptions de la carrière et les approches de l’enseignement mobilisées dans la pratique pédagogique. Les enseignant.e.s-chercheur.e.s parlent de leur environnement de travail, de leurs relations avec le monde étudiant et des tensions vécues au cours de leur expérience pour articuler l’enseignement, la recherche et les tâches administratives. Se développer professionnellement sur le plan pédagogique et réellement prendre en compte les étudiants dans l’approche de l’enseignement apparaît comme un défi.

Cet ouvrage a pour ambition d’aider à mieux comprendre la condition pédagogique à l’université, devenue une question d’actualité en France comme dans nombre d’autres pays. Les données de l’enquête mises en perspective avec la littérature scientifique internationale peuvent contribuer à la réflexion sur les réformes pédagogiques introduites depuis les années 2000 et les axes les plus pertinents pour améliorer le fonctionnement pédagogique de l’université et accompagner les enseignant.e.s-chercheur.e.s dans leur développement professionnel à travers un changement culturel progressif.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



Une relecture de l’évolution silencieuse de la carrière universitaire montre que « l’homo academicus » (Bourdieu, 1984) ne cesse de changer de visage depuis les années 1960. Ce métier se définit comme tout autre métier par des apprentissages, une socialisation professionnelle, un agir-professionnel plus ou moins régulé et une utilité sociale. Son caractère atypique tient aux finalités visées, à la multiplicité de ses configurations et à l’importance des choix individuels dans le parcours professionnel. Une caractéristique centrale en est l’individualisme qui se manifeste par une forte autonomie et par la difficulté à faire équipe. La cohabitation de ces deux versants du métier est à l’origine des tensions qui semblent se cristalliser dans l’évolution individualisée de la carrière. Les enseignants-chercheurs définissent eux-mêmes les contours de leur façon de faire leur métier, selon un style développé à partir de leurs désirs et trajectoires propres, alors même que leur identité professionnelle est aussi fondée sur la reconnaissance par les pairs et par de puissants mécanismes institutionnels et sociaux de régulation de la carrière. Les recherches conduites dans une perspective internationale montrent une dégradation portant atteinte au sentiment d’appartenance institutionnelle qui se réduit. On assiste au développement de stratégies plus individuelles et à un paysage du métier différencié. Dans le contexte français, on évoque aussi bien l’incompréhension des évolutions récentes de l’institution universitaire que les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.