Show Less
Restricted access

La chanson dans l'Espagne contemporaine (XIXe-XXIe siècles)

Variations, appropriations, métamorphoses

Series:

Edited By Marie Franco and Miguel Olmos

Les chansons populaires, les hymnes politiques, les chants traditionnels, les compositions savantes ou les morceaux produits au sein de la culture de masse ont en commun d’exprimer, du xixe siècle à nos jours, les combats ou les rêves des Espagnols ; ils témoignent également, dans leurs avatars successifs, des sentiments identitaires en évolution et des crises traversées. Les contributeurs de ce livre s’interrogent sur la chanson comme forme musicale autonome associant un texte à une mélodie et générant une pluralité d’expériences de partage et d’écoute, dans une perspective d’histoire culturelle qui s’attache à examiner les interactions de l’individuel et de l’émotionnel, du sensoriel, du collectif et du politique.

Les notions de « variation » et d’« appropriation » permettent d’éclairer cette nature mouvante en soi de la chanson, dans laquelle surgissent parfois les échos du passé, ou les traces d’autres « performances ». Interprétée, adaptée, traduite, parodiée ou tout simplement incarnée dans des voix et des corps différents, elle se caractérise par cette aptitude à se laisser transformer en profondeur au fil des époques, des crises et des variations de goûts.

Les articulations thématiques de cet ouvrage la présentent successivement, à travers quelques cas d’étude, dans sa construction comme spectacle et expérience sensorielle et intellectuelle, comme investissement collectif, comme outil mémoriel ou témoin des rapports aux modernités successives et, enfin, comme un enjeu technique, en vue de sa reproductibilité, qui s’accompagne toujours d’évolutions esthétiques, mais aussi économiques. Forme mouvante en soi, nourrie de voix individuelles et collectives, la chanson est l’expression ultime de la culture comme circulation et bouillonnement infatigables.

Show Summary Details
Restricted access

Marie Salgues: La marcha de Cádiz ou l’hymne qui ne devait pas marcher

La marcha de Cádiz ou l’hymne qui ne devait

pas marcher

Extract

Marie Salgues

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 ; CREC (EA 2292)

Résumé : En février 1896, quand Federico Chueca, l’un des compositeurs de la très populaire « marcha » de la zarzuela Cádiz, reçoit la médaille du mérite militaire, le journal madrilène El Imparcial décide de lancer un concours pour doter cette Marcha de paroles susceptibles de la transformer officiellement en hymne national, statut qu’elle est en train d’acquérir de fait. Malgré la réception de nombreuses propositions, quelques semaines plus tard, le concours est déclaré désert. Cette tentative s’insère dans une longue histoire d’échecs successifs pour tenter de trouver un texte qui puisse remplir, aux yeux de la nation, ce rôle d’hymne ; elle montre également les coulisses d’un pouvoir qui essaya de s’approprier cette Marcha pour profiter de sa popularité avant de s’en éloigner quand elle devient le bouc émissaire idéal du « Désastre » de 1898.

En febrero de 1896, cuando Federico Chueca, uno de los compositores de la muy popular « marcha » de la zarzuela Cádiz, recibe la medalla del mérito militar, el periódico madrileño El Imparcial decide organizar un concurso para dotar a esta Marcha de una letra susceptible de convertirla oficialmente en himno nacional, un estatuto que de hecho está ya adquiriendo. A pesar de haberse recibido numerosos textos, algunas semanas más tarde el concurso se declara desierto. Esta tentativa se integra en una...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.