Show Less
Restricted access

Métiers et techniques du cinéma et de l’audiovisuel : sources, terrains, méthodes

Series:

Edited By Hélène Fleckinger, Kira Kitsopanidou and Sébastien Layerle

La « révolution » du numérique, entamée au tournant des années 2000, a entraîné dans un tourbillon de transformations l’ensemble de la filière cinématographique, de la création à la diffusion. L’ampleur des mutations engendrées (disparition d’acteurs des industries techniques, destruction massive d’emplois et de savoir-faire, redéfinition des contours de métiers anciens et apparition de nouveaux) a sensibilisé une partie de la communauté scientifique. Des projets nationaux et internationaux d’envergure ont vu le jour, avec le souci de cartographier les changements et surtout de préserver des connaissances et des compétences menacées de disparition. À l’heure où ces projets de recherche semblent se multiplier, cet ouvrage collectif, tiré d’un colloque universitaire, propose de se concentrer sur des questionnements d’ordre méthodologique : comment aborder les changements intervenus dans la filière cinématographique ? à partir de quelles sources, avec quels outils et selon quelles approches ? quels problèmes méthodologiques la recherche sur les métiers et les techniques du cinéma et de l’audiovisuel soulève-t-elle ? Autant de questions traitées dans ces pages, à partir de contributions d’une jeune génération de chercheurs dont les travaux, parmi les plus novateurs, incarnent aujourd’hui une dynamique significative au sein des études cinématographiques et audiovisuelles. S’il y a urgence à étudier un monde qui semble disparaître et se transformer sous nos yeux, il est tout aussi urgent de s’attarder sur les modalités de la recherche, sur les outils méthodologiques et les sources à disposition.

Show Summary Details
Restricted access

Alexandre Tsekenis: Décors et décorateurs de cinéma : approches et méthodes

Décors et décorateurs de cinéma : approches et

méthodes

Extract

Alexandre Tsekenis

Depuis que la « révolution » numérique s’est mise en marche, il y a environ vingt ans, l’attention des critiques et du public se porte plus volontiers sur le décor, notamment dans le cas de films aux partis pris esthétiques affirmés, aux décors à grande échelle ou offrant des images inédites. Nul doute que le décor bénéficie également de la curiosité des spectateurs pour les coulisses du cinéma, comme de l’intérêt suscité par les nouvelles techniques d’effets spéciaux et de trucages, aujourd’hui démystifiées et facilement accessibles. La technologie numérique s’est imposée au décor, notamment dans l’art de la simulation, amenant avec elles des changements au sein d’une profession jusque-là inégalement habituée, en France, à l’utilisation de trucages. Nullement figées, les nouvelles pratiques se sont suffisamment stabilisées pour pouvoir être identifiées, pour analyser les récentes mutations et les enjeux auxquels sont aujourd’hui confrontés les décorateurs du cinéma français.

Tenter de définir une typologie de profils s’avère délicat. L’hétérogénéité de la profession reflète celle des demandes en termes de décors d’un film à l’autre, elles-mêmes variant considérablement en fonction des scénarios et des budgets. Cette diversité des profils est à la fois la cause et la conséquence de l’assouplissement, puis de l’abandon de règles strictes qui ont longtemps encadr...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.