Show Less
Restricted access

Vieillissement et classes sociales

Series:

Edited By Cornelia Hummel and Nathalie Burnay

Quelles réalités recouvre l’image, souvent uniformisante, des transformations récentes des conditions de vie des retraités ? Certes, la pauvreté a reculé chez les personnes âgées, leur état de santé s’est amélioré et la retraite ne rime plus avec exclusion sociale. Pourtant, dans les coulisses des tendances générales, d’anciennes vulnérabilités persistent et de nouvelles inégalités émergent. Mêlant contributions théoriques et empiriques, cet ouvrage porte sur un aspect largement occulté en sociologie de la vieillesse, celui des inégalités sociales dans la dernière étape du parcours de vie. Il interroge notamment les nouveaux modèles du « bien vieillir » et du « vieillissement actif » en portant l’attention sur les conditions de réalisation socialement situées de ces modèles. Il propose également un regard réflexif sur les travaux sociologiques dans le domaine du vieillissement en questionnant, du point de vue historique, leur rôle dans le processus d’invisibilisation des effets de classe dans ce champ d’étude et en montrant comment les perspectives issues des études de genre ouvrent la voie à un renouveau des analyses en terme de classes dans le cadre des approches intersectionnelles.

Show Summary Details
Restricted access

Le « bien vieillir » à l’épreuve des rapports sociaux de classe, d’âge et de génération (Ingrid Volery)

Extract

← 62 | 63 →

INGRID VOLERY

Le « bien vieillir » à l’épreuve des rapports sociaux de classe, d’âge et de génération

Jalons pour une approche intersectionnelle du vieillissement

La sociologie du vieillissement ignore-t-elle la classe sociale ? Il est bien difficile de répondre de manière tranchée car, dans ce champ plus qu’ailleurs, la prise en compte empirique des dimensions liées à la classe sociale coexiste avec une faible théorisation de la question. Si l’on revient aux premières études conduites sur les vieillesses indigentes (Benoit-Lapierre, 1983 ; Katz, 2001 ; Feller, 2005 ; Rossigneux-Méhaust, 2014), force est en effet de constater combien les savoirs sur le vieillissement ont été produits à partir de l’étude de corps situés dans des rapports sociaux de classe : corps d’autant plus scrutés qu’ils étaient captifs et disponibles parce que placés dans des positions subalternes, corps observés par des chercheurs appartenant à la bourgeoisie pour les médecins du début du XIXe siècle ou aux fractions intellectuelles des classes supérieures aujourd’hui. Mais la manière dont ces rapports sociaux de classe marquent les terrains choisis, les dispositifs d’observation dont les chercheurs se dotent et les formes matérielles et subjectives de vieillissement n’ont été conceptualisés que tardivement et marginalement.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.