Show Less
Restricted access

Barbe et barbus

Symboliques, rites et pratiques du port de la barbe dans le Proche-Orient ancien et moderne

Series:

Edited By Youri Volokhine

Ranging from Sumer to ISIS, this collection presents an historic and anthropological approach to the beard in Middle Eastern religious traditions. The twelve contributions, along with a general introduction, cover the ancient Near East (Mesopotamia, Egypt and the Hittites), Judaism, and medieval to contemporary Islam. Since Antiquity the beard has been a symbol of masculine power, linked directly to ideologies of the male body. Whether the wearing of a beard is compulsory or prohibited, encouraged or mocked, it is a fundamental marker of identity and ideology, particularly in the Islamic world. The essays in Barbe et barbus are an elegant demonstration of the complexities inherent in the pilosity of the masculine visage.

Show Summary Details
Restricted access

Barbe et barbus en Egypte ancienne (Youri Volokhine)

Extract

← 58 | 59 →

YOURI VOLOKHINE

Barbe et barbus en Egypte ancienne

Abstract: La barbe en Egypte ancienne véhicule des connotations différentes, selon qui la porte, selon la manière dont elle est portée, et selon les impératifs rituels. L’examen typologique des barbes attestées dans les représentations permet de mettre en lumière des pratiques et offre à la réflexion des éléments d’un discours implicite. Il s’agit de constater des pratiques différentes selon les époques et les classes sociales. La question de la barbe est mise en relief par celle du rasage, qui s’inscrit dans la ritualisation des parties du corps (pour les Grecs, dès Hérodote, le prêtre égyptien est rasé, épilé, et circoncis). Le souci de pureté rituelle semble attaché emblématiquement à la face royale. Le visage du roi est l’objet de soins rituels (rasage et ablution). Le roi, dès l’époque archaïque, peut porter une barbe postiche, rappelant les barbes divines. Il est habituellement glabre: le rasage de son visage témoigne d’un souci scrupuleux. La figuration des barbes « sauvages » ou « incultes », les représentations des visages « négligés » (mal rasés), orientent vers une représentation codifiée de la dignité de la personne humaine. La pratique de la taille de la barbe, les liens avec la ritualisation du tressage des cheveux, s’inscrit dans un discours sur la pilosité et l’épilation. La question des postiches (barbe postiche /...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.