Show Less

De Hegel à Sartre

Pour une pratique de la raison critique

Christa Geitner

Que serait aujourd’hui une philosophie vivante, quel rapport entretiendrait-elle avec son héritage ? Ce ne peut être qu’un rapport complexe, puisque l’héritage doit assurément être conservé, mais qu’il doit aussi être transposé. Tel est ce qui a lieu, de manière exemplaire, dans la philosophie de Sartre, où s’élabore une raison critique soucieuse de son insertion dans l’histoire. Après avoir proposé, dans les premiers chapitres, une libre réflexion sur les exigences qui s’imposent aujourd’hui à la pensée, le présent ouvrage s’attache plus particulièrement à la « reprise » de Hegel par Sartre : il s’emploie à dégager tout ce que le second doit au premier, mais aussi ce qu’il en refuse, et les déplacements (salutaires) qu’il effectue.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VI – Mais Sartre n’inverse-t-il pas le sens hégélien de l’action ? -125

Extract

125 Chapitre VI Mais Sartre n’inverse-t-il pas le sens hégélien de l’action ? 1. Sartre s’inspire-t-il d’une philosophie qu’il conteste pourtant ? Hegel affirme : « L’esprit est essentiellement le résultat de son activité ; son activité c’est le dépassement de l’immédiateté, la négation de celle-ci et le retour en soi. Nous pouvons le comparer à la semence, car avec celle- ci la plante commence, mais elle est aussi le résultat de toute une vie ».1 L’esprit serait donc selon lui à la fois l’Être en mouvement et la recherche d’un soi qui se retrouve. Selon Sartre toutefois, dans ce mou- vement le dédoublement de l’Être est nécessaire. La conscience, dit-il, ne peut être l’en-soi dont elle est conscience : « Elle naît portée sur un être qui n’est pas elle » (L’être et le néant, p. 28-29). Or une semence ne peut croître en une autre espèce. L’acte devient donc pour Sartre, à l’in- verse semble-t-il de ce qu’il est pour Hegel, l’appréhension, la création, l’approbation ou le rejet d’un signifiant extérieur, c’est-à-dire d’un autre être reconnu, approuvé ou combattu. Être situé c’est intervenir en ce qu’on croit seulement créer, connaître ou ignorer avec les risques que cela implique. Mais est-ce là une inversion du sens hégélien ? Ne serait-ce pas plutôt la mise en question d’une difficulté fondamentale de cette philo- sophie ? Une dialectique de l’agir, « historialisée », c’est-à-dire située, critique à propos...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.