Show Less

Les années 1540 : regards croisés sur les arts et les lettres

Edited By Lorenz E. Baumer, Frédéric Elsig and Sabine Frommel

Co-édité par les unités d’archéologie classique et d’histoire de l’art, en partenariat avec l’équipe d’accueil Histara de l’Ecole pratique des Hautes Etudes à Paris, le volume réunit les actes d’un colloque organisé à Genève les 11 et 12 avril 2011. Il se focalise sur l’extraordinaire vitalité des années 1540. Cette décennie de transition a vu l’émergence de phénomènes capitaux et de véritables révolutions dans l’histoire culturelle de l’Occident, dans tous les domaines : de la religion aux sciences en passant par l’architecture et les arts visuels. Son identité reste néanmoins difficile à cerner. Pour tenter d’en préciser les contours, le volume aborde les arts et les lettres sous une pluralité de perspectives, rassemblant des compétences dans différentes disciplines. Son originalité consiste précisément à articuler des approches transversales autour d’un moment crucial et d’en mesurer les conséquences à long terme. Il viendra renouveler, par ce point de vue inhabituel, les études consacrées à la Renaissance.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Entre théorie et pratique: le mouvement de balancier des années 1540 181 FRÉDÉRIC ELSIG

Extract

181 Entre théorie et pratique: le mouvement de balancier des années 1540 FRÉDÉRIC ELSIG Y’a-t-il une spécificité de la peinture produite durant les années 1540? A première vue, il peut paraître vain d’aborder une question aussi globale, tant la production présente à la fois une continuité et une hétérogénéité. On ris- querait ainsi d’opérer un découpage totalement arbitraire. Pourtant, à y re- garder d’un peu plus près, la décennie, qui s’ouvre avec l’édition bâloise du De Pictura d’Alberti, se caractérise par un essor remarquable de la littérature artistique, marqué par la publication de traités anciens et modernes1. On peut dès lors se demander si la spécificité ne réside pas dans une nouvelle interac- tion, un mouvement de balancier entre la théorie et la pratique picturale. Les Vite de Giorgio Vasari, élaborées durant les années 1540 et dont la première édition paraît en 1550, illustrent parfaitement le phénomène. Elles se proposent de retracer l’histoire de la production pour mieux en justifier la pratique, en instaurant un nouveau rapport entre le «décrire» et le «pres- crire». Elles prônent un idéal fondé essentiellement sur deux principes théo- riques: le primat du dessin et l’imitation de l’antique2. Cet idéal est incarné par Michel-Ange, dont le Jugement dernier, achevé en 1541, représente «tutto quello che l’arte...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.