Show Less

Plurilinguisme dans la littérature française

Series:

Alicia Yllera and Julian Muela Ezquerra

Ce volume s’intéresse à un phénomène très ancien mais qui a pris une grande ampleur de nos jours : la présence de langues ou dialectes autres que la langue de base du texte littéraire (ici le français). Les douze essais réunis dans ce volume analysent les différentes formes (alternance, assemblage, superposition de codes, etc.) et fonctions (ludique, comique, satirique, parodique, réaliste, esthétique, identitaire, revendicative, etc.) de l’hétérogénéité langagière à l’intérieur d’un même texte littéraire. Ces études s’intéressent à des textes français ou francophones appartenant à des époques différentes, qui vont des textes narratifs et dramatiques du XII e et du XIII e siècles jusqu’à des romans d’écrivains nés dans le dernier tiers du XX e siècle. D’autres chapitres analysent l’œuvre de Rabelais, la comédie du XVII e siècle, un récit de voyages du XVIII e siècle, un roman populaire du XIX e siècle, les romans policiers de Fred Vargas, une pièce inédite d’Hélène Cixous, des romans d’Albert Cohen, d’Ahmadou Kourouma et de Laura Alcoba, ainsi que deux pièces dramatiques de Jean Marc Dalpé.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le plurilinguisme dans Les Trappeurs de l’Arkansas de Gustave Aimard ou comment brouiller les pistesentre fiction et biographie (Virginie Fernandez)

Extract

Virginie Fernandez Le plurilinguisme dans Les Trappeurs de l’Arkansas de Gustave Aimard ou comment brouiller les pistes entre fiction et biographie Les Trappeurs de l’Arkansas est le premier roman de Gustave Aimard, paru en 1858 et publié directement en livre par Amyot. Il appartient à la catégorie de ce que l’on nomme romans d’aventures américaines, ro- mans de la prairie ou encore romans exotiques selon les classifications. Ce type de romans correspond à une soif d’aventures qui caractérise le XIXe siècle, époque de la colonisation de grands territoires. Aimard connut un grand succès auprès du public, majoritairement populaire et petit- bourgeois qui vivait alors dans un quotidien morose et difficile, et auquel il offrait sa pâture de divertissement et de désir d’ailleurs. Aimard, qui situe son intrigue en Amérique du Sud, offre au lecteur la peinture d’une Amérique pré- yankee, espagnole et indienne. Se mêlent alors les peuples, mexicains et comanches principalement, et les langues. Le roman présente donc un exemple de ce que Todorov nomme « l’hétéro- glossie », Gauvin « le plurilinguisme » ou Grutman « l’hétérolinguisme ». Diverses langues cohabitent dans le texte romanesque, l’espagnol, le co- manche, l’anglais, l’italien et le latin, toutes réunies à travers le français, langue de l’auteur et du narrateur. En effet, le narrateur rapporte dans sa langue maternelle une histoire qui lui a été contée en espagnol et dans laquelle apparaissent des personnages de différentes origines  : « Alors, lecteur, don...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.