Show Less
Restricted access

Corps écrit, corps écrivant

Le corps féminin dans les littératures francophones des Amériques

Series:

Edited By Christine K. Duff and Claudia Labrosse

Cet ouvrage vise à cerner la place qu’occupe le corps féminin dans la production littéraire francophone des Amériques et des Caraïbes en invitant chacun(e) de ses auteur(e)s à s’interroger sur le topos que constitue la chair féminine dans l’écriture fictionnelle. Il est clair que le corps, pour les femmes, est bien un lieu à partir duquel écrire, mais en lui s’inscrivent aussi les enjeux d’une société, d’une culture et d’une poétique. L’écriture du corps féminin, qu’elle définisse la position d’un sujet-corps dans la narration ou l’ensemble de ses représentations textuelles, se transforme-t-elle en fonction de variables comme l’emplacement géographique, la période historique, le cadre socio-culturel (pouvant être marqué par l’expérience de l’esclavagisme dans les Caraïbes ou encore la répression de l’Église catholique dans le contexte canadien français) ? Conserve-t-elle, en dépit de tout, des éléments communs ? Voici les questions auxquelles il devient possible de répondre à la lecture des douze articles colligés dans ce collectif réunissant des chercheur(e)s d’origines diverses.
Show Summary Details
Restricted access

Les maux du corps dans les œuvres de Gisèle Pineau

Extract



Kamila BOUCHEMAL

À travers différents textes de Gisèle Pineau, auteure aux mots vifs et furieux née en 1954, nous allons analyser les lieux, images et symboles du corps féminin entre cris et mutisme. L’auteure le décrit, le déconstruit, le rassemble pour lui donner une autre vision. On trouve dans ses romans une architecture plurielle du corps féminin qui multiplie ses formes, mais il demeure irrémédiablement asservi et enchaîné à l’image d’objet. Un sort qui semble irrévocable, une « maudition » que Gisèle Pineau va utiliser à l’excès, jusqu’à créer un sentiment de fatalité qui subvertit la lecture. Elle place ses personnages féminins dans la résignation et en dehors de toutes colères pour créer un sentiment d’indignation chez les lecteurs, un mécanisme d’écriture qui accentue la sujétion du corps féminin. Comment l’auteure révèle-t-elle alors ce corps, le découvre et l’impose à travers l’écriture et comment ses mots le racontent-ils ?

Le corps devient, sous la plume de Pineau, un lieu de mémoire – des mémoires –, il porte les maux de l’Histoire ; emmuré dans les frontières de couleurs, il peine à les effacer du regard de l’autre. Emmuré aussi dans celles du sexe, il est dominé et voué à une fonction sociale censée le définir. Gisèle Pineau avance un autre corps féminin dans ses écrits, le corps maternel. Elle le dépouille de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.