Show Less
Restricted access

L’arme biologique japonaise, 1880–2010

Réalités historiques et anatomie de la mémoire

Arnaud Doglia

L’arme biologique est développée et utilisée par le Japon entre les années 1920 et 1945. Figure de proue de ce programme, l’Unité 731 sera jusqu’à la fin de la guerre le noyau d’un réseau d’unités de guerre bactériologique et chimique responsable d’innombrables atrocités et d’expériences médicales. Les origines de cet armement remontent pourtant aux années 1880. Quels présupposés scientifiques et idéologiques ont pu décider de l’institutionnalisation d’un tel projet ? Que sont ensuite devenus les maîtres d’œuvre de ces recherches ? Cet ouvrage montre comment la majorité des participants se murent dans le silence après 1945, et pourquoi les principaux scientifiques responsables se réinventent comme des pionniers à la fin de la guerre, totalement dénués de remords. Pourtant, dans le Japon de l’après-guerre qui tourne le dos au militarisme, certaines voix s’élèvent pour relater la mise en place bureaucratique d’institutions et la pratique expérimentale et militaire faite sur certaines populations. Ces discours certes diffus mais continus amèneront les Japonais à découvrir les véritables activités de l’Unité 731.
Show Summary Details
Restricted access

Partie 1. L’institutionnalisation du programme d’armement bactériologique et chimique militaire japonais : de Meiji à la fin de la guerre (1880–1945)

Extract

← 22 | 23 →Partie 1

L’institutionnalisation du programme d’armement bactériologique et chimique militaire japonais : de Meiji à la fin de la guerre (1880–1945)

Certaines atrocités de guerre prêtent à réinterprétation et sont sujettes à controverse. Par exemple, un petit nombre de révisionnistes japonais tentent aujourd’hui encore de minimiser le nombre de victimes du massacre de Nankin. Il n’en est rien des unités bactériologiques de l’armée japonaise. Aujourd’hui, l’extrême droite n’ose plus remettre en question le développement et l’utilisation de ces armes durant la Seconde Guerre mondiale. Dès l’émergence du sujet dans la sphère publique, ces mouvances ultra-conservatrices ont tenté de minorer l’impact de la question sans jamais être en mesure de réfuter sa réalité, compte tenu des innombrables documents et témoignages attestant de la véracité des faits.

Il est donc établi que, durant la guerre, des détachements entiers de soldats et de scientifiques japonais ont procédé à de nombreuses expériences sur des humains qui sont autant de crimes de guerre. La contextualisation du sujet doit donc précéder toute analyse des mémoires. C’est à l’histoire factuelle qu’il faut recourir pour comprendre la création puis l’emploi d’armes bactériologiques, chimiques et médicales au sein de l’armée japonaise.← 23 | 24 →

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.