Show Less
Restricted access

La dia-variation en français actuel

Etudes sur corpus, approches croisées et ouvrages de référence

Series:

Edited By Gaétane Dostie and Pascale Hadermann

Ce volume réunit 17 articles sélectionnés à l’issue du colloque La dia-variation en français actuel. Des corpus aux ouvrages de référence (dictionnaires / grammaires) qui s’est tenu à l’Université de Sherbrooke du 29 au 31 mai 2013. Ces articles sont axés sur la problématique de la variation linguistique à travers des études de cas diversifiées portant sur des faits lexicaux, morphosyntaxiques et phonétiques.
Les contributions sont rassemblées sous 5 sections, eu égard à l’angle d’attaque privilégié pour décrire les phénomènes examinés. On y trouve ainsi des études sémantico-grammaticales, des études sémantico-discursives, des études lexicologiques, des études sociolinguistiques et des études orientées vers l’acquisition du français en tant que L2. L’attention se focalise, dans les analyses, sur les particularités des phénomènes considérés d’un point de vue intrasystémique et sur leurs rôles dans le diasystème. La question relative à la représentation des faits de variation lexicale dans les ouvrages de référence est également mise en avant-plan dans plusieurs contributions.
Show Summary Details
Restricted access

Réflexions sur la (quasi-)synonymie et la variation diaphasique. L’exemple de et/pis en français québécois familier

Extract



GAÉTANE DOSTIE

Université de Sherbrooke, Québec

1. Introduction

1.1 (Quasi-)synonymie, mots neutres et mots familiers dans la langue de tous les jours

La position commune en matière de synonymie lexicale est que la synonymie dite exacte (impliquant une identité stricte entre les signifiés associés à deux signifiants) est rarissime (entre autres, Bréal 1921 [1897], Ullmann 19653e [1952] ; Heger 1969 ; Mignot 1972 ; Schogt 1972 ; Picoche 1977 ; Honeste 2007 ; Victorri et Venant 2007). La vue classique sur le sujet est que, si on la croise, les mots concernés se distinguent en ce qu’ils appartiennent à des axes différents du diasystème (diaphasique, diastrastique et/ou diatopique). Ainsi, si deux mots présentent une identité de sens, on supposera que l’un d’eux relève par exemple, d’un niveau de langue familier et l’autre, d’un niveau neutre ou non marqué (Baldinger 1968 ; Mortureux 1997 ; Niklas-Salminen 1997 ; Nyckees 1998). Les exemples donnés pour illustrer cette dia-répartition des synonymes sont généralement ceux de mots pleins (des noms, des verbes et des adjectifs) tels, pour citer Nyckees (1998 : 182), bouffer (familier), manger (courant) et se restaurer (soutenu), ou encore ← 147 | 148 → travail (neutre) et boulot (familier), auxquels nous pourrions ajouter job (familier)1.

Notre intérêt pour la question de la synonymie se dirigera, dans cet article, du côté des mots familiers et des mots neutres lorsqu’ils apparaissent dans les conversations informelles o...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.