Show Less
Restricted access

Interprétations postcoloniales et mondialisation

Littératures de langues allemande, anglaise, espagnole, française, italienne et portugaise

Series:

Françoise Aubès, Silvia Contarini and Jean-Marc Moura

Cet ouvrage réunit les travaux de spécialistes de la critique et des littératures postcoloniales de pays de langues romanes (aires francophone, hispanophone, italophone, lusophone) ainsi que de pays d’aires germanophone et anglophone. Il a pour but de confronter les spécificités critiques et méthodologiques propres à chaque aire linguistique, de dresser ensuite un premier bilan comparé des différentes interprétations et théories postcoloniales et enfin d’envisager les perspectives qui s’ouvrent aux études postcoloniales dans un monde global.
Les auteurs ont donc voulu d’une part comparer et entrecroiser les approches et les situations abordant les littératures dans un cadre mondial, et d’autre part, sur ces bases, décrire les possibles évolutions des études postcoloniales, en dehors et au-delà du domaine anglophone où elles ont pris naissance.
Show Summary Details
Restricted access

Modernité/ Colonialité/ Décolonisation : les théories postcoloniales en Amérique Latine

Extract

← 36 | 37 → MÓNICA QUIJANO

Facultad de Filosofía y LetrasUNAM

Modernité/ Colonialité/ Décolonisation : lesthéories postcoloniales en Amérique Latine

Le contexte au sein duquel est né le groupe Modernité/Colonialité1 remonte à la deuxième moitié des années 90. Le débat intellectuel et académique latino-américain était centré à l’époque sur la condition postmoderne, laquelle montrait la crise, déjà signalée par de nombreuses disciplines, des bases qui soutenaient le concept de modernité : l’universalisme eurocentrique, la logique du progrès technologique, l’espoir d’un avenir modifié, le développement, et surtout les structures des États-nations telles qu’on les avait articulées depuis le XIXe siècle. Également, en termes géopolitiques et comme une conséquence de la chute du régime communiste, le système mondial était passé d’un monde divisé en deux blocs clairement identifiables, à un monde unilatéral régi par un capitalisme multi et transnational. Situés dans cette conjoncture, les intellectuels latino-américains se demandaient quelle était la meilleure façon de décrire cette crise à l’intérieur des sociétés latino-américaines. Pouvons-nous être postmodernes – s’interrogeaient-ils – alors que nous n’avons même pas atteint la « modernité » ? C’est dans le contexte de cette discussion que commencent à pénétrer, dans le domaine académique, les théories postcoloniales liées au Groupe d’études subalternes de l‘Inde et aux postulats de Gayarti Spivak et Homi K. Bhabha, entre autres....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.