Show Less
Restricted access

Mobilités et imaginaire identitaire des Roumains dans l’Europe d’après 1989

Carnets de bord et ethnographie des pratiques de voyage en autocar

Series:

Monica Salvan

L’autocar est un mode de transport méconnu des discours sur la mondialisation qui concentre les vécus d’une Europe en construction, ceux des laissés pour compte des mutations géopolitiques ou de ceux qui sont en quête d’un futur que leur pays ne leur promet pas. L’auteure dresse le portrait de ces existences mobiles entrevues dans des voyages entre la Roumanie et la France, en conjuguant une écriture en profondeur et la rigueur d’une observation méthodique et empathique qui s’appuie sur ses carnets de bord. Le résultat est à la hauteur d’une recherche ethnographique novatrice identifiant des pratiques de mobilité inédites, prolongée par des entretiens qui affinent les premiers échanges nés du hasard. A la vitesse bridée du cheminement de l’autocar, on découvre, dans ce va-et-vient entre sociétés, l’économie des dynamiques identitaires telle qu’elle fonctionne au fil des générations migrantes, les logiques qui animent les oppositions entre « Occident » et marges de « l’Orient », espaces réinventés certes après la Chute du Mur mais dont le jeu subtil des décloisonnements identitaires se dévoile progressivement sous la loupe des imaginaires et des appartenances plurielles.
Show Summary Details
Restricted access

Voyager en autocar entre la Roumanie et la France : structures du monde et action de l’imaginaire

Extract

Le voyage en autocar permet d’analyser la confrontation de deux imaginaires européens. Le premier, valorisant, appartient à l’Est et a pour objet d’admiration l’Ouest de l’Europe ; il rencontre un imaginaire défensif et dévalorisant, appartenant à l’Occident inquiet face à l’altérité qu’il projette dans le camp oriental. Le premier se manifeste surtout dans l’ampleur des initiatives individuelles – il a pour résultat la mobilité des Roumains vers l’Ouest de l’Europe ; le second imaginaire engendre la volonté d’endiguer cette mobilité et prend des formes institutionnelles : le contrôle est orchestré par les administrations douanières et policières des différents états. Rappelons que cette dynamique s’est mise en place dès 1990 lorsque les pays occidentaux, craignant le déferlement des migrants économiques des pays de l’Est, ont commencé à pratiquer une politique répressive des nouvelles mobilités132.

Nous allons essayer d’évoquer les étapes d’un voyage en autocar entre l’Est et l’Ouest de l’Europe en suivant d’assez près la grille horaire de son déroulement, sans oublier que le temps et l’espace sont ici de toute évidence transformés sous la pression d’une vision politisée du monde. Nous devons rappeler le fait que, malgré « l’effet de ré ← 157 | 158 → el »133 que nous allons tenter de créer à travers cette description, le point de vue que nous proposons est inévitablement ancré dans notre expérience personnelle, celle d’une observatrice d’origine roumaine. Ayant vécu en Roumanie jusqu’à l’âge des premières expériences...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.