Show Less
Restricted access

L’image du corps dans l’art espagnol aux XVIe et XVIIe siècles

Autour du « Libro Segundo » de Juan de Arfe y Villafañe (1585)

Series:

Maria Portmann

Aux XVI e et XVII e siècles, un riche débat se concentre autour de l’image du corps. Ainsi, la réception du discours anatomique dans l’art et les échanges entre l’Italie et l’Espagne concourent à la représentation d’une figure humaine harmonieuse et au développement de thématiques témoignant plus largement de ces relations. Par ailleurs, le « Libro Segundo » de Juan de Arfe y Villafañe (1585) enseigne pour la première fois en langue espagnole les proportions et l’anatomie aux sculpteurs et aux peintres et il fait ici l’objet d’une traduction inédite en français.
Show Summary Details
Restricted access

4. Traduction du « Libro Segundo » de Juan de Arfe y Villafañe (1585)

Extract

4.Traduction du « Libro Segundo » de Juan de Arfe y Villafañe (1585)



Cette dernière partie est consacrée à la traduction du « Libro Segundo » de Juan de Arfe y Villafañe en français. Ce premier traité anatomique est édité en 1585 ; il rassemble l’anthropométrie, l’anatomie et les raccourcis du corps humain. Le texte est rédigé en espagnol et chaque chapitre est suivi par une série d’illustrations. La structure suit le schéma suivant : après une brève introduction, Juan de Arfe décrit la tête, le tronc, les bras et les jambes tournés de chaque côté ; finalement, le tout est rappelé dans l’image du corps vu de face et de dos.

La mise en page de cette traduction se rapporte à l’original, afin que le lecteur puisse mieux se repérer. Le texte en espagnol est publié sur la page de gauche et la version française est située à droite529. La pagination se réfère également à celle de la version originale, numérotée uniquement sur le folio recto. En marge, les notes renvoient aux images ou soulignent le sujet principal du paragraphe. Dans l’édition espagnole, les archaïsmes comme « cobdo » pour « codo » soit le coude, l’usage fréquent de la conjonction de coordination « y » ou de la virgule n’ont pas pu être rendus tel quel pour des raisons de compréhension en langue française.

De plus, la traduction de la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.