Show Less
Restricted access

Guerre de Troie, guerres des cultures et guerres du Golfe

Les usages de l’« Iliade » dans la culture écrite américaine contemporaine

Series:

Gaël Grobéty and Danielle Van Mal-Maeder

A la fin de la Guerre froide, les Etats-Unis d’Amérique deviennent la première puissance mondiale, animée par l’idéal de défendre les valeurs occidentales et de répandre la démocratie dans le monde. Or, cette « mission » de l’Amérique suscite critiques et interrogations, car ni ses racines identitaires gréco-romaines empruntées à l’Europe, ni les guerres qu’elle mène au Moyen-Orient ne semblent aller de soi. Dans ce contexte, le conflit est autant culturel que militaire. L’ Iliade d’Homère, au contenu guerrier, érigée par la tradition littéraire en œuvre fondatrice de l’Occident, offre aux penseurs américains un outil de réflexion susceptible d’éclairer un présent jugé trop inconfortable.
A travers l’étude d’un corpus tripartite inédit – ouvrages scientifiques et de vulgarisation, articles journalistiques, romans de science-fiction –, ce travail se propose de questionner le rôle d’une oeuvre symbolique de l’Antiquité grecque dans le monde d’aujourd’hui, et débouche sur une réflexion plus large touchant au sens contemporain des études classiques et à la transmission du savoir au sein de la culture populaire.
Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract





Ce livre est issu d’une thèse de doctorat soutenue en février 2012 à l’Université de Lausanne (Suisse). Il n’aurait à l’évidence jamais vu le jour sans l’intérêt initial de mon directeur de thèse David Bouvier pour ce sujet hors du commun, et sans son soutien tout au long du processus de recherche et d’écriture. Je suis extrêmement reconnaissant à Seth Schein, qui, lors d’un passage à Lausanne aux premiers mois de ma recherche, a su m’encourager et m’orienter vers des pistes passionnantes. Depuis, il n’a cessé de m’accorder son soutien lors des inévitables recherches de financement, un point pour lequel il me faut aussi remercier vivement Claude Calame et Ezio Pellizer.

Une étape essentielle de ce projet, sans laquelle il n’aurait pas été si complet, s’est trouvée être mon séjour enrichissant et fructueux à l’Université de Princeton, en février et mars 2011. Une aide fondamentale m’est venue de la part de Constanze Güthenke, qui, non contente de « parrainer » ce séjour et de multiplier les conseils méthodologiques et bibliographiques, a pris la peine de lire et de commenter mes pages dans leur version provisoire. Grâce à elle, j’ai pu rencontrer nombre de professeurs ou assistants, travaillant à Princeton ou dans d’autres universités américaines, qui m’ont consacré de précieux échanges : notamment James Tatum, Andrew Ford, Denis Feeney, Pietro Pucci, Froma Zeitlin, Rosa Andujar, Verity Platt, Jonathan Shay, Peter Meineck, Dana Fields et Brett Rogers...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.