Show Less
Restricted access

Tobie sur la scène européenne à la Renaissance, suivi de «Tobie», comédie de Catherin Le Doux (1604)

suivi de Tobie, comédie de Catherin Le Doux (1604)

Series:

Edited By Alain Cullière

En raison de ses qualités dramatiques et morales, le livre de Tobie a fait souvent l’objet d’adaptations théâtrales à partir de la fin du Moyen Âge. C’est en Europe du Nord, aussi bien dans les milieux catholiques que réformés, que les pièces ont été les plus nombreuses, jouées surtout dans un cadre scolaire. En se dégageant des schémas médiévaux, certaines témoignent déjà d’une grande ingéniosité. Ce volume rassemble les communications présentées sur le sujet au colloque de Metz des 22 et 23 novembre 2013. Elles ont montré comment la « comédie » de Tobie a contribué au renouvellement dramaturgique de la Renaissance.
En fin d’ouvrage est publié pour la première fois depuis 1604 le Tobie de Catherin Le Doux. Écrite à l’occasion du mariage du landgrave Maurice de Hesse, cette pièce en prose française fut probablement jouée au château de Cassel, en juin 1603, par les jeunes nobles du collège de la ville, où l’auteur enseignait les langues étrangères. Celui-ci, brisant les conventions, s’y met lui-même en scène de façon surprenante, se joue des anachronismes et multiplie les emprunts aux grands auteurs français, notamment à Montaigne. On peut donc dire, d’une certaine manière, que l’auteur des Essais a été porté au théâtre, en Allemagne, au début du XVII e siècle.
Show Summary Details
Restricted access

Le Tobias de Georg Rollenhagen :un simple jeu scolaire à vocation catéchétique ?

Extract

Jean-Claude COLBUS

Université Paris-Sorbonne

On sait que c’est Luther lui-même qui, dans sa préface aux livres vétérotestamentaires de Judith et de Tobie, suggérait à ses partisans de porter sur scène l’histoire de ces deux grandes figures, afin de contribuer à la diffusion de la nouvelle foi. Le livre de Tobie en particulier, bien qu’il ne comporte ni conflit ni tension véritable et semble donc peu convenir à la scène, est devenu un des sujets les plus féconds du théâtre allemand au XVIe siècle1. Au-delà de l’invitation lancée par « frère Martin », il faut dire que la matière de ce livre apocryphe se prêtait particulièrement bien à l’accompagnement des festivités du mariage et aux représentations scolaires. À ce double titre, les aventures de Tobie en quête de l’âme sœur ont intéressé un bon nombre d’écrivains et de pédagogues, dont Thomas Brunner et, quelques années plus tard, Georg Rollenhagen, qui s’inspira de la pièce de Brunner pour composer un jeu scolaire d’une grande qualité scénique2.

C’est Rollenhagen qui va ici retenir notre attention. Toutefois, pour bien mesurer son travail et son originalité, il convient d’évoquer d’abord la pièce de Brunner qui a été son modèle. On découvrira ainsi, par comparaison, ses stratégies d’écriture et de réécriture, et par là-même le grand talent de cet « amuseur p...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.