Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXVe Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVIe au XXIe siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

Pourquoi y a-t-il eu une guerre civile en Espagne ? Les origines du conflit (Julian Casanova)

Extract

← 14 | 15 → JULIAN CASANOVA

Universidad de Zaragoza

(Traduit de l’espagnol par Florence Belmonte)

Durant les premiers mois de l’année 1936, la société espagnole était très fragmentée, les liens sociaux s’y étaient détériorés, et à l’instar de tous les pays européens, à l’exception peut-être de la Grande Bretagne, le rejet de la démocratie libérale au bénéfice de l’option autoritaire avançait à pas de géants. Il n’y avait là en fait rien qui pût obligatoirement conduire à une guerre civile, qui éclata finalement parce qu’un soulèvement militaire contre la République sapa les fondements de l’Etat et sa capacité ainsi que celle du gouvernement de la République à maintenir l’ordre. La division de l’Armée et des forces de sécurité empêcha le succès immédiat de cette rébellion, à savoir la réussite de son objectif principal: s’emparer rapidement du pouvoir. C’est donc en minant de façon décisive la capacité de l’État à maintenir l’ordre que ce coup d’État ouvrit la porte à une violence « débridée », sans précédent, qui opposa soutiens et adversaires. C’était en juillet 1936, la guerre civile venait de commencer.

Il faut rappeler en premier lieu que l’histoire de l’Espagne dans le premier tiers du XXe siècle n’a pas été la chronique annoncée d’une frustration séculaire nécessairement promise à s’achever par une violente explosion collective;...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.