Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Edited By Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXV e Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVI e au XXI e siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

Washington et la « sécurité démocratique » en Colombie (Charles Capela)

Extract

← 86 | 87 → CHARLES CAPELA

Université Lumière Lyon 2

Langues et Cultures Européennes EA1853

La Colombie est le premier pays producteur mondial de cocaïne dont le commerce est un des combustibles du conflit armé interne qui oppose l’Etat aux guérillas depuis le milieu du siècle passé et, plus récemment, aux milices paramilitaires. Elu président en 1998 pour un mandat de quatre ans, Andrés Pastrana bénéficia du soutien des Etats-Unis pour la mise en œuvre du Plan Colombie visant à restaurer la légitimité et l’autorité des institutions publiques considérablement affaiblies par l’insécurité liée à l’insurrection armée et au trafic de drogue. Encouragée par Washington, l’assimilation de ces deux sources de menace contre l’état de droit – la première étant qualifiée de terroriste – entraîna alors la militarisation du traitement de la violence en Colombie.

Entre 2000 et 2009, le Congrès des Etats-Unis alloua 7 milliards de dollars aux programmes d’aide au gouvernement d’Andrés Pastrana et à la politique de « Sécurité Démocratique » de son successeur Álvaro Uribe, partisan de la solution de force pour vaincre les rebelles. Ainsi l’hyperpuissance états-unienne sembla maintenir son option prioritaire pour la répression dans le cadre de la stabilisation du pivot géostratégique régional qu’est la Colombie. Mais la modernisation des Forces Armées lancée à la fin des années 1990 pour doter l’Etat des moyens de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.