Show Less

Raison(s) d’Etat(s) en Europe

Traditions, usages, recompositions

Series:

Edited By Brigitte Krulic

« Raison mystérieuse inventée par les politiques pour autoriser tout ce qu’ils font sans raison » (Saint Evremond) ? Ou mise en œuvre de mesures de « salut public » dictées par une impérieuse nécessité ? La raison d’Etat est associée dans l’imaginaire politique européen à des politiques (le secret, le cynisme) et à des personnalités controversées (Machiavel, Richelieu, Bismarck). Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque international pluridisciplinaire organisé en 2009 par le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, croise les approches de la philosophie, de l’histoire et des cultures juridiques ; il interroge les représentations et contextualisations, sur la longue durée historique, de la raison d’Etat, ou plutôt des raisons d’Etats, ainsi que ses recompositions contemporaines, en particulier les procédures de l’Etat de droit face à l’état d’urgence et aux « circonstances exceptionnelles ».
Ce livre contient 12 articles en français, un en allemand ainsi qu’un en anglais.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie: Les conditions d’émergence de la notion de raison d’Etat (16e-17e siècles)

Extract

9Première partie Les conditions d’émergence de la notion de Raison d’Etat (16e-17e siècles) Machiavel: dictature et salus reipublicae Pasquale PASQUINO Distinguished Professor in Law & Politics, New York University Directeur de Recherche au CNRS Centre de théorie et d’analyse du droit – Paris, EHESS …les démocraties de tous les types sont unanimes à reconnaître l’existence de situations dans lesquelles il est expédient de renoncer au gouvernement concur- rentiel et d’adopter le gouvernement monopolistique.1 Dans la Rome antique, la constitution prévoyait, pour les périodes critiques, une charge non élective con- férant à son détenteur le monopole du commandement, le titulaire étant qualifié de magister populi ou dictator. De telles clauses sont communes à pratiquement toutes les constitutions, y compris celle des Etats-Unis: le Président américain est revêtu, dans certaines éventualités, d’un pouvoir qui en fait, à toutes fins utiles, un dictateur au sens romain du terme, pour grandes que soient les différences qui se manifestent aux points de vue construction juridique et détails pratiques.2 Si le monopole est effectivement limité soit à une période définie (comme c’était originellement le cas de Rome), soit à la prolongation de difficultés temporaires nettement définies, l’application du principe démocratique de commandement concurrentiel est simplement suspendu. Si, au contraire, le monopole, en fait et en droit, n’est pas limité dans sa durée […], le principe démocratique est abrogé du même coup et nous nous trouvons en présence du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.