Show Less

Raison(s) d’Etat(s) en Europe

Traditions, usages, recompositions

Series:

Edited By Brigitte Krulic

« Raison mystérieuse inventée par les politiques pour autoriser tout ce qu’ils font sans raison » (Saint Evremond) ? Ou mise en œuvre de mesures de « salut public » dictées par une impérieuse nécessité ? La raison d’Etat est associée dans l’imaginaire politique européen à des politiques (le secret, le cynisme) et à des personnalités controversées (Machiavel, Richelieu, Bismarck). Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque international pluridisciplinaire organisé en 2009 par le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, croise les approches de la philosophie, de l’histoire et des cultures juridiques ; il interroge les représentations et contextualisations, sur la longue durée historique, de la raison d’Etat, ou plutôt des raisons d’Etats, ainsi que ses recompositions contemporaines, en particulier les procédures de l’Etat de droit face à l’état d’urgence et aux « circonstances exceptionnelles ».
Ce livre contient 12 articles en français, un en allemand ainsi qu’un en anglais.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie: Contextes et controverses

Extract

61 Deuxième partie Contextes et controverses Platon et l’idée de raison d’Etat Stamatios TZITZIS Directeur de Recherche au CNRS/UMR 7184 L’idée de raison d’Etat est depuis le XVIe siècle indissociable du nom de Machiavel1. La science politique moderne, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la postmodernité, s’est efforcée de légitimer la place de cette idée dans l’Etat de droit et de la concilier avec l’univers des droits de l’homme. La raison d’Etat, largement inspirée de la maxime romaine «le salut de la patrie est la loi suprême», désigne la prérogative qui autorise les pouvoirs étatiques à transgresser le droit formel au nom de l’intérêt public, lorsque celui-ci encourt un grand danger qui risque de mettre en péril l’Etat même. La notion de raison d’Etat concerne les situations suivantes: – un grand intérêt national est en jeu; – les actions à entreprendre violent manifestement la morale et les règles du droit en vigueur sans pour autant les rejeter; – il s’agit d’un état d’exception qui sert de justification à une opéra- tion illégale; – la raison d’Etat peut même violer très exceptionnellement l’idée de droit naturel, dont la valeur prime sur les autres valeurs. Elle est donc au service d’une fin supérieure aux autres fins qui doit s’accomplir au sein de l’Etat ou en dehors de l’Etat, mais pour l’Etat; – cela suppose un pouvoir étatique fort et une volonté évidente d’agir au nom du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.