Show Less

Les Incertitudes de la présence

Identités narratives et expérience sensible dans la littérature contemporaine de langue française- Algérie-France-Québec

Daniel Marcheix

Les parcours identitaires fictifs que donnent à lire de nombreux récits contemporains se nourrissent de leur ancrage dans la phénoménalité du sensible. Cet ouvrage est consacré à l’étude de cette corrélation, aux modalités de sa mise en discours et à ses effets en termes de signification. Les œuvres analysées sont algériennes, françaises, québécoises et appartiennent donc à la littérature de langue française considérée en extension, sans les insidieuses hiérarchisations dont est trop souvent porteuse la notion de littérature francophone. L’auteur y examine les opérations énonciatives et narratives par lesquelles se déploient les expériences sensibles de personnages qui sont d’abord et avant tout des corps sentants et percevants. Puis il montre comment de ces modes de présence au monde sensible surgissent des formes de vie qui sont précisément les manifestations signifiantes d’identités conçues comme des effets induits par les ressources formelles des textes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

1. Pierre Bergounioux et le présent vivant 31

Extract

1. Pierre Bergounioux et le présent vivant Une loi imprescriptible nous oblige à envisager en claire connaissance de cause les choses, quelles qu’elles puissent être, qui nous précèdent et, partant, nous ont faits. Sans cela, on le sait, l’histoire se répète et l’on reste prisonnier du passé. (Bergounioux, 2003: 157). En concluant ainsi l’un de ses écrits les plus récents, Pierre Bergounioux obéit à ce qui est probablement son tropisme le plus essentiel: «curieu- sement tiré à la renverse» (1996c: 20), il nous livre, texte après texte, une œuvre qui ne recule pas devant le ressassement d’une «littérature [qui] a partie liée avec les couches enfouies de l’expérience, […] le haut vol de la grande temporalité» (2002a). Encouragée par l’auteur lui-même1, la critique n’a souvent vu dans ce «regard amont» (Viart, 1998:14) qu’un mouvement de nostalgie vaguement régressif ou bien les préoccupations d’un «passeur» (Coyault-Dublanchet, 2002: 217-240) attentif à l’avenir. Mais cette préoccupation, mémorielle bien plus qu’historienne en ceci qu’elle «ne cesse de reconnaître le passé dans le présent, le mort reve- nant hanter le vif» (Hartog, 2003: 99), est le symptôme d’un nouvel ordre du temps apparu autour des années 1970-1980 (ibid.: 152-153). Reprenant à son compte les propos de Pierre Nora, Hartog ajoute que «[t]elle qu’elle se définit aujourd’hui, la mémoire «n'est plus ce qu'il faut retenir du passé pour préparer l’avenir qu'on veut; elle est ce qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.