Show Less

Koltès maintenant et autres métamorphoses

Actes des colloques de l’université de Caen Basse-Normandie et de Paris-Diderot, Paris 7

Series:

Edited By Yannick Butel, Christophe Bident, Christophe Triau and Arnaud Maïsetti

En France, 2009 aura été « l’année Koltès ». Une année pour rappeler la vitalité et l’actualité d’une œuvre, la fascination qu’elle exerce toujours sur les lecteurs et les metteurs en scène. Les colloques de Caen ( Bernard-Marie Koltès : Démons, Chimères et autres métamorphoses, octobre 2009) et de Paris 7 ( Koltès, maintenant, novembre 2009) ont ainsi été des moments d’échanges et de réflexions sur un théâtre qui n’en finit pas d’interpeller les universitaires, les chercheurs, les praticiens, les acteurs... Revenant sur les textes et leur mise en scène, sur les traductions, sur la correspondance et sur les enjeux que soulève cette écriture poétique et cinématographique, les contributions qui sont rassemblées dans ce livre témoignent de la pluralité des lectures qu’offre l’œuvre de Bernard-Marie Koltès. Regards parfois nouveaux où l’œuvre esthétique et poétique est articulée au mouvement de l’Histoire, à celle aussi que connut Bernard-Marie Koltès.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Muriel Plana Portrait de l’artiste en jeune rebelle dans Les Amertumes, Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet et Roberto Zucco 347

Extract

Portrait de l’artiste en jeune rebelle dans Les Amertumes, Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet et Roberto Zucco Muriel Plana […] le pouvoir est quelque chose de monstrueux.1 B. M. Koltès Il nous est apparu que la question du « pouvoir » traversait l’œuvre de B. M. Koltès des Amertumes à Roberto Zucco en passant par Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet, et s’y métamorphosait au con- tact de la question de la « violence » et que c’est en creusant cette opposition – et en se demandant finalement si le théâtre de Koltès est un théâtre politique – qu’on peut percevoir dans l’œuvre une sorte de portrait évolutif et à multiples facettes de l’artiste Koltès en jeune rebelle. Notre hypothèse est, en effet, que se dessine un théâtre politique chez cet auteur dans la mesure où loin d’exprimer une thèse, son œuvre est une mise en image(s) de la haine du pouvoir institué, no- tamment à travers des figures dont le pouvoir se joue et qui n’ont contre lui que le recours de la marginalité et de la violence. Cette violence est l’arme d’une rébellion individuelle, voire solitaire, ce qui la rend tragique ; toutefois, cette rébellion ne peut que jeter le trouble, le temps de la représentation, dans l’ordre social, moral, psy- chologique, linguistique, qui règne sur scène comme dans la réalité quotidienne du spectateur. Dans les trois pièces étudiées, c’est le jeune homme, le fils...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.