Show Less

Le Jongleur- Mémoire de l’Image au Moyen Age

Figures, figurations et musicalité dans les manuscrits enluminés (1200-1330)

Martine Clouzot

En couleur et en mouvement, le jongleur joue de la musique parmi les oiseaux, les animaux et les rinceaux fleuris des livres enluminés du Moyen Age. Jamais loin du roi David, il accroche l’œil et éveille l’esprit par son caractère incongru et étonnant. Ce livre est consacré à ses figurations dans les psautiers, les ouvrages de philosophie naturelle et de métaphysique d’Aristote, destinés aux laïcs, dans les royaumes de France et d’Angleterre, entre 1200 et 1330. Il étudie la transformation de la figure du jongleur depuis l’Antiquité jusqu’à sa réinvention par les nouveaux intellectuels du XIII e siècle, soucieux de se distinguer du jongleur : Dominicains, Franciscains et maîtres séculiers de l’Université, ainsi que les poètes et les ménestrels dans les cours et les villes. Savamment, auteurs et concepteurs d’images ont forgé une figure en mouvement de la Physis, du son et de l’ouïe, axée sur la théorie de la connaissance aristotélicienne, transformant ainsi le jongleur en image de mémoire et en mémoire de l’image, celle du Christ et de l’homme créé à l’image de Dieu.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre II - Transformations médiévales du jongleur : les mots,les figurations et la Nature - 133

Extract

Chapitre II Transformations médiévales du jongleur : les mots, les figurations et la Nature Qu’est-ce qu’un jongleur dans les images médiévales ? Un instrument de musique, une acrobatie, un animal dressé, des coloris particuliers constituent-ils des critères d’identification ? De là, comment nommer la figure et la figuration ? Quelles sont leurs relations avec la musica ? Telle est la trame de ce second chapitre. Tout d’abord, essayer de nom- mer le jongleur consiste à réfléchir sur la forme visuelle de ses figura- tions et sur les dispositifs des mises en pages. Pour en analyser la nature et les fonctionnements, l’approche est de nature rhétorique et conduit à dégager des procédés mnémotechniques et mnémoniques de visualisa- tion. L’emploi des deux adjectifs mérite d’être explicité. Au sens de technique de mémorisation et d’exercice de la pensée, « mnémotechni- que » désigne des fonctionnements rhétoriques et visuels, il matérialise les mises en relations entre les mots et les images des pages enluminées. En ce sens, le terme implique la fabrication d’un outil de travail mental, d’un artefact mental, qui pourrait être la figure du jongleur, comme le troisième chapitre le montrera. Toutefois, la production des images, y compris mentales, à la fois par les opérateurs médiévaux, les lecteurs et les médiévistes actuels, relève aussi d’une « mnémonique » : au sens plus global et anthropologique, il désigne, selon Carlo Severi, « un vaste en- semble...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.