Show Less

La Migrance à l’œuvre

Repérages esthétiques, éthiques et politiques

Series:

Edited By Michael Brophy and Mary Gallagher

A l’heure d’une recomposition radicale et accélérée des espaces géoculturels et géopolitiques, un art de faire qui participe de la migrance et en éclaire les multiples enjeux engendre de nouvelles pratiques et configurations esthétiques qui bousculent moules et canons. Qu’il soit littéraire, plastique, cinématographique ou autre, cet art désigne aujourd’hui, par-delà l’opposition de l’étranger et de l’indigène, du nomade et du sédentaire, une pluralité d’appartenances et de potentialités identitaires qui nous concernent tous.
Ce recueil d’essais se propose de cerner dans des œuvres de factures et d’origines différentes la dynamique de la migrance en tant que mise à l’épreuve des identités, tension vers l’autre, moteur éventuel de la transculturation. Comportant un très large éventail d’approches, il joint à l’appréciation esthétique l’interrogation de la teneur éthique et politique de l’œuvre – des conditions de sa genèse et de sa production jusqu’à sa circulation et sa réception. Par un réseau de résonances et d’échos qui passent les frontières des genres, des langues et des cultures, l’ensemble des contributions révèle les nouveaux horizons sous lesquels œuvrent celles et ceux soucieux de faire de leur propre passage la seule mesure crédible de l’humain et de ses possibles futurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Lucie HOTTE: Exil, migrance et nostalgie dans l’oeuvre de Patrice Desbiens 37

Extract

Exil, migrance et nostalgie dans l’œuvre de Patrice Desbiens Lucie HOTTE Université d’Ottawa Nous vivons à l’«ère des migrations». Du moins, c’est ce que soutiennent Stephen Castles et Mark J. Miller, dans leur ouvrage The Age of Migra- tion1. Jamais les déplacements de populations ou d’individus n’ont été aussi nombreux. Les raisons qui poussent les gens à quitter leur pays demeurent cependant les mêmes que par le passé. Comme le signale Paul White, ces mouvements de population «occu[r] within a striking concatenation of economic, political, social and cultural circumstances which provide […] structural forces driving mobility2». La migration évoque donc l’image de l’émigrant quittant, de façon permanente, son pays d’origine suite à des circonstances économiques, politiques ou sociales difficiles dans l’espoir d’avoir une vie meilleure ailleurs. Dans leur introduction à People on the move, Leszek A. Kosiński et R. Mansell Prothero soutiennent que «[m]igra- tion takes place when an individual decides that it is preferable to move rather than to stay and where the difficulties of moving seem to be more than offset by the expected rewards3». Il existe cependant une autre forme de migration, qui a lieu à l’intérieur même des frontières nationales4. Au Canada français, par exemple, dès le 1. Stephen Castles et Mark J. Miller, The Age of Migration: International Population Movements in the Modern World, London: Macmillan, 1993. 2. Paul White, «Geography, Literature and Migration», Writing Across Worlds. Litera- ture and Migration, Russell King, John Connell and Paul...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.