Show Less

La Migrance à l’œuvre

Repérages esthétiques, éthiques et politiques

Series:

Edited By Michael Brophy and Mary Gallagher

A l’heure d’une recomposition radicale et accélérée des espaces géoculturels et géopolitiques, un art de faire qui participe de la migrance et en éclaire les multiples enjeux engendre de nouvelles pratiques et configurations esthétiques qui bousculent moules et canons. Qu’il soit littéraire, plastique, cinématographique ou autre, cet art désigne aujourd’hui, par-delà l’opposition de l’étranger et de l’indigène, du nomade et du sédentaire, une pluralité d’appartenances et de potentialités identitaires qui nous concernent tous.
Ce recueil d’essais se propose de cerner dans des œuvres de factures et d’origines différentes la dynamique de la migrance en tant que mise à l’épreuve des identités, tension vers l’autre, moteur éventuel de la transculturation. Comportant un très large éventail d’approches, il joint à l’appréciation esthétique l’interrogation de la teneur éthique et politique de l’œuvre – des conditions de sa genèse et de sa production jusqu’à sa circulation et sa réception. Par un réseau de résonances et d’échos qui passent les frontières des genres, des langues et des cultures, l’ensemble des contributions révèle les nouveaux horizons sous lesquels œuvrent celles et ceux soucieux de faire de leur propre passage la seule mesure crédible de l’humain et de ses possibles futurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Mireille ROSELLO: Tourisme et pèlerinage: deux savoir-voyager dans Le Grand Voyage d’Ismaël Ferroukhi 139

Extract

Tourisme et pèlerinage: deux savoir-voyager dans Le Grand Voyage d’Ismaël Ferroukhi Mireille ROSELLO Université d’Amsterdam Le Grand Voyage est le premier long métrage du cinéaste d’origine maro- caine Ismaël Ferroukhi. C’est un film cinématographiquement novateur dont je me propose d’analyser deux aspects inséparables: d’un côté, je vou- drais montrer comment ce film emprunte les conventions de deux genres connus, le cinéma beur et le road movie. Mais je suggère également que l’écart par rapport aux genres reconnaissables est tel qu’il est presque im- possible de ne pas envisager l’hypothèse qu’un nouveau genre est perfor- mativement créé par ce voyage atypique. Or, pour que ce territoire ciné- matographique jusqu’ici invisible nous devienne lisible ou même apparent, il faut que nous, le public, apprenions une nouvelle façon de voyager au travers des images et des sons. Il nous faut apprendre une langue et la lire, découvrir un nouveau savoir-voyager, que les deux personnages et leur étonnant pèlerinage-aventure nous apprendront petit à petit, au fur et à me- sure qu’eux-mêmes testent leurs propres schémas herméneutiques et leur limites. Ferroukhi nous raconte l’histoire de deux voyageurs qui traversent l’Europe et le Moyen-Orient en voiture mais l’art consiste à nous faire révi- ser cette formule. Les deux hommes sont toujours ensemble, mais ils cons- truisent, sous nos yeux, deux voyages bien différents. Chaque personnage dessine une carte incompatible avec celle de l’autre, et pourtant, les deux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.