Show Less

Terminologie (II) : comparaisons, transferts, (in)traductions

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Lorsqu’il s’agit de traduire des éléments de nomenclatures spécialisées, des unités linguistiques ou les concepts qui y sont attachés, on ne peut faire l’économie d’une analyse multiple du sens. Si les dictionnaires généraux sont impuissants à fournir des traductions utilisables et si les nomenclatures spécialisées sont inadéquates, c’est que le sens des mots est souvent complexe, participant de divers systèmes eux-mêmes complexes et que le travail d’analyse n’a pas été suffisamment développé. Parce que chaque langue est en interrelation nécessaire avec une « culture », réseau hypercomplexe de formes et de valeurs particulières, le problème de la correspondance se manifeste tout autant du côté linguistique dans la traduction ou l’intraduction, que du côté culturel dans la transculturalité.
Les contributions présentées à l’occasion d’un colloque international de terminologie en octobre 2010 à Paris Ouest Nanterre éclairent ces dimensions dans les domaines du droit, de la philosophie, de la presse et de la linguistique. Les études sont menées à partir d’une pluralité de langues : le français, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, l’arabe et le russe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le concept pseudo-nouveau de « cluster » : un exemple de rupture mémorielle Christian TREMBLAY 159

Extract

Le concept pseudo nouveau de « cluster » : un exemple de rupture mémorielle Christian TREMBLAY Président de l’Observatoire Européen du Plurilinguisme ctremblay@neuf.fr L’idée de cet article tient beaucoup à mon histoire personnelle. D’abord au fait que j’ai été très influencé par mes études à Sciences Po Paris entre 1966 et 1969, où Raymond Barre occupait la chaire d’économie générale. Il avait été élève de François Perroux, grand économiste, philosophe et historien, lui-même élève et héritier du célèbre économiste autrichien Joseph Schumpeter. François Perroux était l’un des pères de la comptabilité nationale française après la se- conde guerre mondiale. Il était aussi l’un des inspirateurs de la planifi- cation française. Il fut un grand précurseur dans de nombreux do- maines de la science économique et, décédé en 1987, son œuvre a été célébrée en 2003 pour le centenaire de sa naissance. Avec les notions d’effets externes et d’externalité à la base de sa conception de l’économie, il est l’un des fondateurs de l’économie de l’environ- nement et l’on peut dire qu’il avait dès 1961, date de son ouvrage fondamental, L’économie du XXe siècle1, formulé le concept de déve- loppement durable. Grand théoricien de l’économie spatiale, c’est lui qui a énoncé et théorisé les concepts de pôle de croissance et de pôle de développement qui nous intéressent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.