Show Less

Linguistique contrastive, linguistique appliquée, sociolinguistique

Hommage à Etienne Pietri

Series:

Edited By Florentina Fredet and Anne-Marie Laurian

Ce volume réunit vingt trois textes conçus en hommage à Etienne Pietri, ancien directeur de l’Institut de Linguistique et de Phonétique Générales et Appliquées de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, décédé en 2002. Les auteurs, amis, collègues, étudiants avancés, ont voulu rendre hommage à l’homme qui les a aidés, soutenus, encadrés, qui les a accueillis à Paris, ou qui a collaboré à leurs recherches. Ils sont français ou étrangers, jeunes ou moins jeunes. Certains livrent des travaux scientifiques originaux actuels, d’autres relatent l’évolution de la linguistique contrastive, de la linguistique appliquée, de la sociolinguistique au cours du dernier quart de siècle et les controverses qui ont agité le cercle scientifique auquel appartenait Etienne Pietri. Le lecteur trouvera de l’anglais, du grec ancien, du hongrois, du roumain, du serbe, du français de spécialité, du français des médias, et bien d’autres variétés de langues traitées de façons théorique et générale ou analysées d’après un corpus précis. Tous ont la préoccupation de mettre en contraste les langues entre elles avec un objectif de traduction ou d’enseignement de langue étrangère.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Sur quelques emprunts français peu connus dans la langue serbe (Milorad Arsenijevic †)1

Extract

Sur quelques emprunts français peu connus dans la langue serbe Milorad ARSENIJEVIû † Université de Novi Sad Quand on parle des langues en contact, il est difficile d’utiliser le terme adstrat si les langues dont on parle sont le français et le serbe. Une des conditions pour l’adstrat serait le voisinage des langues. Dans le cas concret, la distance géographique est très grande entre les locuteurs de ces deux langues. Grande est aussi la différence dans le sens génétique et systématique. Pourtant, le premier facteur peut ne pas être un obstacle aux influences interlinguistiques. Par ailleurs, l’influence d’une langue sur l’autre, quand il s’agit d’emprunts – de nature nominale, en particulier – ne renverse pas le système de la langue «réceptrice», car les emprunts s’adaptent, acoustiquement bien sûr – et morphologiquement aussi, dans la plupart des cas. Les mots français qui sont entrés dans la langue serbe faisaient partie du fonds européen commun, et leur adoption en serbe s’est faite le plus souvent à travers la langue allemande, qui a joué le rôle de langue véhi- culaire. Les emprunts de ce type (žandarm, vitraž, šofer, marža) sont per- çus dans la langue serbe comme des mots étrangers, et souvent un mot serbe, plus adéquat, a été trouvé pour les remplacer. Il y a pourtant une autre façon dont s’est effectuée l’importation des mots français dans le lexique de la langue serbe – et une fa...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.