Show Less

Etat et bien commun

Perspectives historiques et enjeux éthico-politiques- Colloque en hommage à Roger Berthouzoz

Edited By Anto Gavric and Grzegorz W. Sienkiewicz

La notion d’Etat et celle de bien commun apparaissent aujourd’hui en constante confrontation du point de vue de leur finalité. Certes, le concept d’Etat naît avec la Modernité alors que celui du bien commun existe déjà dans l’Antiquité. Les rapports qu’ils entretiennent actuellement ne sont toutefois pas sans rappeler les questions éthiques autour de la notion de bonum commune qui se posent depuis la formation de la société publique.
Cet ouvrage invite à reprendre cette discussion dans un cadre pluridisciplinaire (philosophie, histoire, théologie, économie, droit, politique, médecine). Il met l’accent sur les questions philosophiques de l’utilisation de doctrines politiques du bien, de l’engagement social, des droits de l’homme, mais aussi de l’appréciation éthique quant aux modifications génétiques de l’être humain.
Les textes ici exposés constituent une tentative de retrouver un lien substantiel entre Etat et bien commun en proposant aux chercheurs et aux scientifiques d’assumer une responsabilité déontologique, conformément à leur mission au sein de la société.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Postface - Ruedi IMBACH 295

Extract

Postface En souvenir de Roger Berthouzoz OP, théologien RUEDI IMBACH Il est bien difficile d’évoquer en quelques lignes les traits majeurs de la personnalité attachante, riche et complexe de Roger Berthouzoz (20.05.1945 – 24.09.2004)1. Au lieu de suivre pas à pas la biographie de Roger Berthouzoz, je préfère repérer, à travers quelques-uns de ses écrits, l’un ou l’autre aspect révélateur de sa pensée, telle ou telle facette de sa vie intellectuelle qui, étant celle d’un dominicain, était vouée à la fois à l’étude et à la transmission du savoir: contemplata aliis tradere. Thomas d’Aquin a donné de cet adage programmatique de l’ordre des frères prêcheurs une interprétation qui, à mon sens, peut aisément s’ap- pliquer à Roger: Il est plus beau d’éclairer que de briller seulement; de même est-il plus beau de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement (Somme de théologie II-II, q. 188, a. 6). L’enseignement était, pour Roger, capital, et je ne crois pas exagéré de dire que l’obtention de la chaire de théologie morale à l’Université de Fribourg en 1993 fut pour lui comme la réalisation d’un projet de vie. Il s’est lui-même compris comme un théologien et qui plus est il a réfléchi de manière explicite et incessante à la tâche du théologien. J’oserais même prétendre que cette réflexion l’a accompagné dès ses premiers pas en théologie. Il...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.