Show Less

Aux sources féeriques du Conte du Graal

Peronnik l’idiot et Perceval le nice

Isolde Crahay

En 1845, dans Le Foyer breton, recueil de traditions populaires, E. Souvestre publia Peronnik l’idiot, l’estimant apparenté au Conte du Graal de Chrétien de Troyes. Mais le caractère composite du récit armoricain, pourtant banal en littérature orale, a occulté son appartenance à un conte type répertorié dont le héros a la réputation d’être idiot.
La comparaison serrée entre les quatre récits médiévaux narrant l’aventure initiale de Perceval démontre que ce conte type – d’où vient aussi Peronnik l’idiot – est la source du tout premier noyau du Conte du Graal. En démêlant pour chaque motif du récit breton l’hérité et l’ajouté, l’étude découvre de surprenants archaïsmes, transmis par Souvestre à son insu, et réhabilite recueil et conte, riches d’éléments anciens méconnus, rares et précieux. L’exposition progressive des indices détectés et des étapes du raisonnement invite le lecteur à partager avec l’auteur le passionnant chemin de la découverte.
Chrétien maîtrisait visiblement l’art d’adapter ses sources à son projet : l’analyse de ses détournements créateurs éclaire à merveille la naissance de cette œuvre mythique, nous donnant de nouvelles raisons de l’admirer.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface XIII

Extract

XIII Préface Mme Isolde Crahay présente aujourd’hui aux érudits et au grand public cultivé un livre qui est le fruit de longues réflexions. Elle a préparé, en effet, sous ma direction au début des années 90, et elle a soutenu avec succès en 1994, dans le Département d’Etudes Médié- vales de l’université de Paris-Sorbonne, une thèse de Doctorat intitu- lée Peronnik l’idiot et la légende du Graal. Ce travail très original contenait sous une première forme l’essentiel des conjectures et des propositions du présent ouvrage. Elle avait examiné avec soin un conte breton du XIXe siècle publié par Souvestre et elle l’avait com- paré avec ingéniosité au Perceval de Chrétien de Troyes. Emile Souvestre, né à Morlaix en 1806, a publié, en effet, en 1845 un curieux recueil de contes intitulé Le Foyer Breton. Ces récits, selon l’auteur, proviennent de plusieurs régions de Bretagne : Pays de Tréguier, de Léon, de Cornouaille et de Vannes. Ils font revivre l’atmosphère mystérieuse des vieux contes celtiques. On y trouve des géants redoutables, des enchantements, des métamorphoses, des lavandières nettoyant des suaires pendant la nuit, des korigans, ces « petits nains » aux pouvoirs surnaturels, tantôt bienveillants, tantôt malveillants. Un de ces récits, d’une trentaine de pages, Peronnik l’idiot, narre l’histoire d’un Simple de modeste origine, promis à un destin exceptionnel. Aux yeux d’Isolde Crahay ce texte...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.