Show Less

Satire socio-politique et engagement

dans la fiction contemporaine

Series:

Annette Shahar

Actes du colloque international organisé par le Groupe d’Etudes Francophones de l’Université de Haïfa en mai 2012 sur Satire socio-politique et engagement dans la fiction contemporaine, les études réunies dans ce livre s’intéressent à la question de l’engagement politique dans la littérature romanesque d’aujourd’hui.
Diverses approches critiques interrogent le lien entre la fiction romanesque et les problèmes actuels de notre société; elles se fondent sur un corpus de romanciers très contemporains, dont les écrits fictionnels laissent filtrer, masquée ou affirmée, une satire socio-politique.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Silvia ADLER - La satire et la langue 1

Extract

La satire et la langue Silvia ADLER Université Bar Ilan Selon Elliott (1962)1, l’un des chercheurs-clés dans le domaine de la satire, toute tentative de définir la satire littéraire est vouée à l’échec: le nombre élevé de ses réalisations concrètes l’empêcherait de se replier sous une définition unique. Test (1991: 13)2, quant à lui, compare toute tentative de définir la satire à un essai de mettre une ombre dans un sac3, vu les diverses façons dont « l’agression, le jeu, le rire et le jugement », quatre caractéristiques essentielles selon lui, se manifestent concrète- ment dans l’ouvrage satirique. Duval et Saïdah (2008)4 avancent dans leur avant-propos (ibid. pp. 5- 14) que du point de vue historique, la satire se décompose en trois ob- jets: – Le premier consiste dans l’esprit satirique, qui s’étend de la période archaïque jusqu’à nos jours. L’esprit satirique est lié à un langage performatif: son essentiel est de « plier la réalité au pouvoir du mot » (ibid. p. 5). Ses caractéristiques (ibid. p. 11) consistent dans l’« exagération mensongère », la « sournoiserie revancharde », le « délire pathologique », les « manipulations maléfiques », et ses mo- dalités de représentation (ibid. p. 12) sont la discontinuité, la répétiti- vité, la déformation. Les auteurs ajoutent qu’il existe toute une rhéto- rique satirique (ibid. p. 12) dont les figures privilégiées sont: le « grossissement par hyperbole », la « simplification...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.