Show Less

Pratiques et représentations sociales des langues en contexte scolaire plurilingue

Étude comparée de la Dominique et de Sainte-Lucie

Series:

Stella Cambrone-Lasnes

Dans quelle mesure une étude comparée des pratiques et représentations des langues chez des acteurs scolaires (enseignants, élèves, parents d’élèves et représentants institutionnels) permet-elle d’identifier les facteurs relatifs à l’introduction ou non à l’école de la langue dite nationale – le créole à base lexicale française ? À quel point est-il pertinent de l’introduire dans le système éducatif anglophone de petits États-nations en développement comme la Dominique et Sainte-Lucie – caractérisés par une dynamique sociale et culturelle où conflit et contact de langues (anglais, créoles, chinois, français, espagnol, hindi, garifuna et/ou kokoy) rythment la vie quotidienne des locuteurs ? Comment l’école peut-elle favoriser un meilleur apprentissage du vivre ensemble ? Pour mener à bien cette recherche-action, l’étude s’inscrit dans une approche expérimentale de type hypothético-déductive. Elle propose des pistes de réflexion pour améliorer le partenariat langue officielle / langue nationale dans un contexte scolaire caractérisé par des pratiques bi-plurilingues.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion – Langues et éducation au plurilinguisme

Extract

Au terme de cette recherche, le premier constat qui s’impose est la forte homogénéité des résultats relatifs aux deux pays. Cette mise en perspec- tive comparative nous permet alors d’envisager des pistes de réflexion communes à ces régions. Il serait illusoire de penser que l’introduction de la langue créole à l’école à la Dominique et à Sainte-Lucie puisse se faire sans une (re)valorisation sociale de celle-ci. Des représentations du créole bien ancrées chez les acteurs scolaires À l’issue de cette enquête sociolinguistique d’envergure, nous retenons que les langues parlées à la Dominique et à Sainte-Lucie ne remplissent pas les mêmes fonctions sociales. Les langues sont perçues dans leurs rapports mutuels tantôt conflictuels, tantôt complémentaires. La fré- quence avec laquelle cette tendance revient au premier plan n’est pas surprenante ; elle est vraisemblablement à la mesure des enjeux qui la composent. Des caractéristiques attribuées à chaque langue sont encore bien ancrées dans les esprits et ressortent fréquemment dans les discours des enquêtés. Bien que les représentations associées au créole demeurent dévalorisantes dans les discours de la majorité des acteurs scolaires interrogés, notre recherche montre que les locuteurs dominiquais et saint-luciens semblent tout de même adopter une attitude à l’égard de la langue qui n’était pas assumée auparavant. Les représentants insti- tutionnels ainsi que les enseignants observent une pratique plus libre 282 Pratiques et représentations sociales des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.