Show Less

Humaniser le travail

Régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail (1929-1969)

Series:

Edited By Ayla Aglan, Olivier Feiertag and Dzovinar Kévonian

Cet ouvrage analyse l’histoire de l’Organisation internationale du travail de 1929 à 1969, période au cours de laquelle le travail humain est marqué par de profondes mutations économiques et politiques. De la crise de 1929 à la fin de la croissance exceptionnelle des années 1950 et 1960, en passant par l’expérience extrême de la Seconde Guerre mondiale, les sociétés mondiales ont été confrontées à l’apogée de l’industrialisation et à la mise en place des totalitarismes puis des démocraties sociales.
Ces évolutions ont renouvelé la question du travail humain dans son double rapport à la liberté et à la contrainte, qu’elle soit de nature technique, économique ou politique : comment humaniser le travail ? Cette question est au cœur de l’expertise et des pratiques de l’OIT. Située à l’intersection des différents régimes économiques et politiques, l’institution internationale définit un projet de société mondiale, propre à restituer le phénomène du travail dans sa dimension véritablement sociale. Cet ouvrage éclaire ce processus en mettant en évidence la réalité proprement transnationale, et donc globale, de l’OIT.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE1948-1969. L’OIT ET LE DÉFI DE LA CROISSANCE,DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA MONDIALISATION

Extract

TROISIÈME PARTIE 1948-1969 L’OIT ET LE DÉFI DE LA CROISSANCE, DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA MONDIALISATION 167 Les réfugiés européens et le Bureau international du travail : appropriation catégorielle et temporalité transnationale (1942-1951) Dzovinar KÉVONIAN Maître de conférences Université Paris-Ouest Nanterre La Défense Institut des sciences sociales du politique L’objet de cette étude porte sur la manière dont l’Organisation inter- nationale du travail (ci-après OIT) et plus spécifiquement son adminis- tration permanente, le Bureau international du travail (ci-après BIT), ont appréhendé et traité la question des réfugiés entre 1942 et 1951, date de la mise en place du Haut-commissariat de l’ONU et du nouveau statut juridique international des réfugiés. Cette période, relativement courte au demeurant, se traduit par deux revers : la non-reconnaissance de la compétence de l’organisation concernant les réfugiés et personnes déplacées peuplant les camps européens et le refus par les grandes puissances de la direction d’un système dirigé de migrations internatio- nales. L’analyse de ces échecs permet d’étudier les modalités de leur articulation : les réfugiés ont en effet été considérés par le BIT comme les leviers tactiques de son projet de régime migratoire : une première fois en 1941-1942 dans l’engagement de l’organisation en faveur du programme interallié de reconstruction d’après-guerre et une seconde fois en 1948-1950 dans le projet de coordination...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.