Show Less

La République démocratique allemande

Histoire d’un État rayé de la carte du monde

Chantal Metzger

La République démocratique allemande n’a eu qu’une brève existence de 1949 à 1990. Ces 41 années permettent aux historiens d’étudier d’un seul tenant la naissance, la vie et la mort d’un État.
Créée le 7 octobre 1949, la RDA est la réponse de l’Union soviétique à la création de la République fédérale par les Occidentaux, en mai de la même année. Considéré comme la vitrine du socialisme, voire même comme la 12 e puissance économique mondiale, ce pays était en fait miné de l’intérieur par un régime rigide qui n’a pas su s’adapter à l’évolution qui se produisait dans les pays voisins du bloc soviétique. Sa population, lasse de la dureté du régime, du manque de liberté et des difficultés quotidiennes, s’est finalement révoltée. L’ouverture du mur, le 9 novembre 1989, marque la fin de la Guerre froide qui avait présidé à la naissance de cet État. L’État-SED était au bord de la faillite, il était impossible de le redresser. Le peuple est-allemand a voulu, dans sa majorité, la réunification et la RDA a ainsi été rayée matériellement de la carte du monde.
Cet ouvrage tient compte des recherches les plus récentes en histoire. Elles ont été rendues possibles grâce à l’ouverture rapide des archives allemandes, de celles des pays du bloc soviétique et de celles des pays occidentaux impliqués dans l’histoire de l’Allemagne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

QUATRIÈME PARTIE - L’ÈRE HONECKER

Extract

QUATRIÈME PARTIE L’ÈRE HONECKER Le changement qui s’effectue à la tête du pays, après le 14e Congrès du Comité central du SED, en décembre 1970 modifie la donne. Une majorité du Congrès emmenée par Erich Honecker exige la démission de Walter Ulbricht. L’accord de Moscou et en l’occurrence de Leonid Brejnev est nécessaire. Il est acquis en avril 1971. Ulbricht, âgé de 78 ans, demande alors à être dessaisi de ses fonctions de secrétaire général du SED « pour raison de santé », le 3 mai 1971 lors du 16e Congrès du Comité central. Mais le vieux dirigeant qui reste président du Conseil d’État, sera nommé président du SED, une fonction toute honorifique. Il désigne officiellement, dans sa lettre de démission, comme successeur Erich Honecker. C’est donc lui qui poursuivra la politique de rapprochement avec la RFA. Pour les observateurs occiden- taux, le départ d’Ulbricht est aussi la fin d’une ère, marquée par un socialisme national qui s’est souvent heurté à Moscou. Erich Honecker s’engage résolument aux côtés de Brejnev en poli- tique extérieure et intérieure. Le SED, sous la houlette de son nouveau secrétaire, occupe une position dominante dans tous les secteurs. Il oriente la vie politique, économique et sociale du pays. 187 CHAPITRE I Du traité fondamental à la reconnaissance officielle Dès ses premières déclarations officielles, Erich Honecker cherche à renouer les liens avec Moscou,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.