Show Less

Le Monde du Théâtre- Édition 2011

Compte rendu des saisons théâtrales 2007–2008 et 2008–2009 dans le monde

Edited By Nicole Leclercq, Laurence Piéropan and Laurent Rossion

Cet ouvrage intéressera l’amateur de théâtre à plus d’un titre. Il propose un panorama mondial à travers 51 articles traitant de deux saisons de théâtre. La singularité de cette forme mérite d’être soulignée. Chacun des pays représentés ici a confié à un spécialiste un regard analytique sur les saisons 2007–2008 et 2008–2009. Cela donne une juxtaposition d’approches qui, unies dans un objectif commun, gardent leurs spécificités. Ici, on met l’accent sur la perpétuation des traditions théâtrales, là, on est attentif aux signes d’ouverture aux aventures du théâtre international. Ici, on scrute les résistances que le théâtre peut opposer aux pouvoirs, là, on souligne l’intelligence de l’institution théâtrale et de l’État. Partout, on nous fait découvrir des formes, des pratiques et des répertoires qui retrouvent ainsi droit de cité à côté des artistes qui dominent les scènes internationales. De l’Allemagne à l’Ukraine, nous explorons la vie théâtrale dans son actualité avec ce léger recul qui permet de dégager quelques lignes de force. On pioche ainsi informations et détails insolites sur le travail des acteurs, les projets des metteurs en scène ou les goûts du public. C’est ainsi que nous portons un autre regard sur le théâtre dans le monde.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Bangladesh - Saymon Zakaria 61

Extract

61 Bangladesh Saymon ZAKARIA La richesse culturelle du Bangladesh doit beaucoup aux différentes tendances de son théâtre. Celui-ci s’inscrit à travers au moins quatre courants : 1. Le théâtre rural/indigène ; 2. Le théâtre urbain ; 3. Le théâtre universitaire et académique ; 4. La danse. Une place est également réservée au théâtre de mime. Les médias nationaux ne considèrent toutefois comme « théâtre » que le théâtre de scène urbain, les formes de théâtre indigène n’ayant gagné que très peu de reconnaissance, sinon aucune, de leur part. La raison en est peut-être que la plupart des représentations du théâtre rural sont connues sous la forme de « gaan » (chansons). Dans les campagnes, on utilisait ce terme pour signifier « gnan » (la connaissance). Il est histori- quement avéré que ces « gaan » représentaient un moyen d’acquisition et de propagation de la connaissance en ancien bengali. De même, dans les temps anciens, les « gaan » ne se réduisaient pas à la combinaison de chants et de musiques ; ils étaient accompagnés de danses et de jeux d’acteurs. Bien que les anciennes formes du théâtre indigène soient en général nommées « théâtre bouddhiste », elles ont été appelées par la suite « gaan ». Il en existe différents types : Gaajeer Gaan, Padmaa Puraan Gaan, Madar Pirer Gaan, Ramayan Gaan, Jatra Gaan, etc. Si l’on observe de près la nature de ces représentations, on...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.