Show Less

Les États baltes en transition

Le retour à l’Europe

Series:

Edited By Céline Bayou and Mathieu Chillaud

Le retour des États baltes à l’Europe, après quelque quarante-cinq ans d’occupation soviétique, suscite aujourd’hui encore admiration et étonnement. L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont réussi un pari ô combien remarquable compte tenu des conditions politiques, économiques et sociales qui étaient les leurs au tout début des années 1990. Ce succès ne doit pourtant rien au hasard, résultant plutôt d’une volonté réaffirmée avec constance : vingt ans durant, les habitants de ces trois pays auront tout mis en œuvre pour être enfin reconnus comme des Européens à part entière.
À bien des égards, ce tropisme constitue le dénominateur commun de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie qui tiennent parfois également à se distinguer, affirmant leurs différences et leurs caractéristiques propres. Elles sont ici largement prises en compte.
Combinant profondeur historique et rigueur analytique, cet ouvrage rassemble les contributions d’une quinzaine de chercheurs aux profils académiques éclectiques et aux horizons géographiques tout aussi variés. Il met en lumière les éléments structurants de ce retour à l’Europe, permettant ainsi de comprendre comment, par un parcours quasiment sans faute, trois États post-soviétiques ont pu rapidement rejoindre les structures euro-atlantiques et affirmer leur pleine identité.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction. Les États baltes, deux décennies d’ancrage à l’Europe 15 (Céline Bayou et Matthieu Chillaud)

Extract

15 INTRODUCTION Les États baltes, deux décennies d’ancrage à l’Europe Céline BAYOU Documentation française (Paris) Matthieu CHILLAUD Institut d’études politiques et administratives (Tartu) L’anniversaire des vingt ans de la chute du Mur de Berlin n’a accor- dé qu’une place bien modeste aux États baltes1. Il en est allé de même lors de celui des vingt ans de la disparition de l’Union soviétique, plus tourné vers l’avenir jugé inquiétant de ce grand pays qu’est la Russie. Cette relative indifférence traduit une bien piètre reconnaissance pour les frondeurs, eu égard au rôle joué par les États baltes dans la disloca- tion de l’URSS, effective en décembre 1991. Vingt ans après cet évé- nement, qui consacra la fin de la guerre froide et la perte de contrôle par Moscou d’un champ géographique dont rien n’assurait qu’il parviendrait à s’articuler en États souverains pérennes, force est de reconnaître que l’espace postsoviétique traverse encore des soubresauts : crises poli- tiques en Ukraine et au Kirghizstan, démocratie lointaine au Bélarus, ou pastichée dans la Russie du tandem Medvedev/Poutine, relations bilaté- rales tendues entre la Russie et la Géorgie, la Russie et la Moldavie ou l’Arménie et l’Azerbaïdjan, etc. Dans cette zone de stabilité relative, 1 La question est loin d’être tranchée, en français, quant à la dénomination la plus adaptée pour qualifier ces trois pays que sont l’Estonie, la Lettonie...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.