Show Less

Memorias y lugares de memoria de Europa- Mémoires et lieux de mémoire en Europe- Memories and Places of Memory in Europe

Series:

Edited By Éric Bussière and Enrique Moradiellos

Actas del seminario doctoral de verano, «Memorias y Lugares de Memoria de Europa», organizado por la Fundación Academia Europea de Yuste con la colaboración de la Red SEGEI en el Real Monasterio de Yuste y Palacio de Carlos V, en Extremadura, España (del 6 al 9 de julio de 2009).
Actes du séminaire doctoral d’été « Mémoires et lieux de mémoire en Europe » organisé par la Fondation Académie européenne de Yuste avec la collaboration du réseau SEGEI, au Monastère royal de Yuste et palais de Charles Quint en Estrémadure, Espagne (du 6 au 9 juillet 2009).
Proceedings of the doctoral summer seminar, «Memories and Places of Memory of Europe», organised by the European Academy of Yuste Foundation in cooperation with the SEGEI network, in the Royal Monastery of Yuste and Palace of Charles V, in Extremadura, Spain (from 6 th to 9 th July 2009).

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les lieux de la mémoire historique en Europe (Simone Veil)

Extract

9 Les lieux de la mémoire historique en Europe Simone VEIL1 Ex-présidente du Parlement européen et Prix européen Charles Quint 2008 Dans quelques années, nous aurons disparu, nous qui avons subi la déportation dans les camps d’extermination nazis. En France, je crois que nous ne sommes plus que quelques centaines, à peine plus de deux cents ou trois cents. Quand nous aurons disparu, il faudra trouver qui se chargera de conserver cette mémoire. Pour moi, la déportation est une obsession permanente et elle fait partie de ma réflexion sur la politique, sur la société et sur la vie en général ; sur la solidarité aussi. Nous qui l’avons subie, nous éprouvons le besoin d’en parler, ne serait-ce que pour exorciser cette expérience terrible et pour éviter que les erreurs qui ont abouti à cette tragédie ne se répètent. Rappelons-nous que lorsque nous autres, déportés, sommes rentrés chez nous, nous avons dû lutter pour reconstruire notre vie, pour créer ou recréer notre structure familiale. En France, soixante-quinze mille Juifs ont été déportés ; seuls deux mille cinq cents sont rentrés. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que quelques centaines et il nous reste peu de temps pour transmettre notre mémoire. Les historiens doivent tenir compte de nos témoignages personnels, car il n’existe pas d’information plus fiable. Je suis surprise, depuis quelques années, de l’intérêt grandissant des historiens...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.