Show Less

Théâtres d’Asie et d’Orient

Traditions, rencontres, métissages

Series:

Edited By Eve Feuillebois-Pierunek

Ce livre offre un panorama des formes théâtrales – traditionnelles ou modernes – d’Asie et d’Orient, du Japon au Maroc en passant par la Turquie et Israël, pour la première fois réunies en un même volume dans une perspective comparatiste. Deux espaces s’y dessinent, d’une part l’Extrême-Orient et l’Inde où l’art théâtral est une évidence et appartient à la « grande » littérature, et d’autre part le Moyen-Orient où son statut est moins assuré en raison de sa position mineure dans la hiérarchie des arts. De même, deux sortes de théâtres se succèdent, se complètent ou s’opposent : les formes traditionnelles, caractérisées par la stylisation et le recours à toute la palette des arts visuels et auditifs, et les formes modernes, partout inspirées de l’Occident, avec plusieurs types d’assimilation. Les articles de ce volume tentent de proposer une définition interculturelle du théâtre, d’en distinguer les genres et d’en déterminer les fonctions, en partant de la présentation des différentes expressions théâtrales traditionnelles. Ils étudient les modalités de rencontre de celles-ci avec le théâtre occidental, les métissages ou évolutions qui en ont résulté, les thématiques et aspects formels qui ont retenu l’attention des dramaturges modernes et contemporains d’Asie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le fantôme d’une belle. Le théâtre chanté chinois (xiqu 戲曲) au tournant du millénaire

Extract

Le fantôme d’une belle Le théâtre chanté chinois (xiqu戲曲) au tournant du millénaire1 Vincent DURAND-DASTÈS Institut national des langues et civilisations orientales, équipe d’accueil ASIEs-CEC Bien des Chinois d’aujourd’hui aiment, parfois sans y trop penser, parer tel ou tel trait de leur civilisation d’une considérable antiquité : tout en Chine n’aurait-il pas une « longue, longue histoire », évaluée, suivant l’enthousiasme patriotique ou la fantaisie de votre interlocuteur à deux, trois, voire cinq mille ans ? Si l’inscription de bien des traits culturels chinois dans une très longue durée est indéniable, il est plus curieux, comme cela arrive parfois, de voir attribuer une origine très ancienne à l’art dramatique en Chine. Celui-ci ne peut en effet guère se targuer de l’antiquité du théâtre grec ou du théâtre sanskrit : c’est au plus tôt au XIIe ou XIIIe siècle que l’on vit apparaître un art théâtral « plein », au sens où des troupes de comédiens professionnels mettaient en scène des intrigues complexes en incarnant leurs protagonistes, donnant bientôt naissance à une splendide littérature théâtrale. La relative soudaineté de l’apparition d’une forme littéraire et artis- tique aussi achevée a d’ailleurs donné lieu à bien des débats sur sa possible origine étrangère, qu’elle soit placée en Inde ou en Asie cen- trale. Pour autant, cette jeunesse relative du théâtre chinois n’est mal- heureusement pas le gage de sa longévité future : en ce début...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.