Show Less

Théâtres d’Asie et d’Orient

Traditions, rencontres, métissages

Series:

Eve Feuillebois-Pierunek

Ce livre offre un panorama des formes théâtrales – traditionnelles ou modernes – d’Asie et d’Orient, du Japon au Maroc en passant par la Turquie et Israël, pour la première fois réunies en un même volume dans une perspective comparatiste. Deux espaces s’y dessinent, d’une part l’Extrême-Orient et l’Inde où l’art théâtral est une évidence et appartient à la « grande » littérature, et d’autre part le Moyen-Orient où son statut est moins assuré en raison de sa position mineure dans la hiérarchie des arts. De même, deux sortes de théâtres se succèdent, se complètent ou s’opposent : les formes traditionnelles, caractérisées par la stylisation et le recours à toute la palette des arts visuels et auditifs, et les formes modernes, partout inspirées de l’Occident, avec plusieurs types d’assimilation. Les articles de ce volume tentent de proposer une définition interculturelle du théâtre, d’en distinguer les genres et d’en déterminer les fonctions, en partant de la présentation des différentes expressions théâtrales traditionnelles. Ils étudient les modalités de rencontre de celles-ci avec le théâtre occidental, les métissages ou évolutions qui en ont résulté, les thématiques et aspects formels qui ont retenu l’attention des dramaturges modernes et contemporains d’Asie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Théâtre d’Asie centrale. Traditions et dissidences

Extract

Théâtre d’Asie centrale Traditions et dissidences Simon TORDJMAN Institut d’études politiques de Paris, Centre d’études et de recherches internationales Dans les rues animées de Samarkand, les galeries étroites du bazar multicolore de Kachgar et les steppes kazakhes balayées par le vent, l’annonce de la chute de l’Union soviétique, au début des années 1990, n’augurait pas uniquement de changements politiques et institutionnels cantonnés aux capitales des cinq républiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan), désormais indé- pendantes. La désintégration de l’URSS a en effet entraîné avec elle une fragmentation des identités nationales et conduit les autorités à faire de la préservation de la dignité de la nation et de la culture un objectif prioritaire des années 1990 (Roy, 1997). Dans chacune de ces républiques, en dépit de ressources dérisoires, les ministères de la Culture avaient pour mission principale de forger de nouveaux liens de solidarité sensés garantir la stabilité du pouvoir politique et contribuer à faire de la nation le cadre d’identification privilégié des citoyens centrasiatiques (Suslova, 2004). Sur la scène de l’opéra de Tachkent, Tamerlan se substituait alors à Lénine. Dans le même temps, les épopées de Manas s’annonçaient sur les programmes des théâtres kirghizes qui, jusque-là, représentaient, non sans une cer- taine exubérance, les « réussites » de l’entreprise soviétique. Mais, alors que les figures...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.